Home / INTERVIEWS / Aboubacar Camara : « Le ministère de la culture de notre pays est ankylosé  »

Aboubacar Camara : « Le ministère de la culture de notre pays est ankylosé  »

Aboubacar Camara dans le studio de Radio Campus Orléans

Interview. Le directeur de publication de votre site Afroguinée Magazine a récemment accordé une interview à l’hebdomadaire guinéen Le Populaire. Au cours de cet entretien, Aboubacar M. Camara a posé un diagnostic réel du secteur culturel guinéen. Lisez Plutôt !

Il se nomme Aboubacar Camara, journaliste culturel et animateur radio vivant en France dans la ville d’Orléans où il entreprend des projets dont le festival Welcome to Africa, un événement dont il est co-organisateur. Le Populaire a rencontré cet acteur culturel d’origine guinéenne pour décrypter l’actualité culturelle du pays, ainsi que l’évènement qui se tient ce 1er juillet à Orléans.

Le Populaire: Le festival Welcome To Africa dont vous êtes le co-organisateur dans la ville d’Orléans, se tient ce 1er juillet. Qu’en est-il des préparatifs ?

Tout se passe bien. Welcome To Africa est un projet culturel initié par African Wonders, une association composée de jeunes de la diaspora africaine à Orléans, la Région Centre- Val de Loire. C’est une façon pour nous de promouvoir notre identité culturelle à travers la danse, la musique, les spectacles et un village associatif entièrement dédié à l’artisanat africain, ainsi qu’une exposition sur les Tirailleurs Sénégalais. C’est une première. Et nous remercions vivement la Mairie d’Orléans pour son soutien à ce projet. Merci pour ces précisions.

A présent, que faut-il pour promouvoir davantage l’identité culturelle guinéenne à l’étranger ?

Les artistes guinéens font déjà un énorme travail à ce niveau pour représenter notre culture à travers le monde. Malheureusement, ils ne sont pas beaucoup soutenus. Ils ont besoin de tremplin et de visibilité pour exposer leur talent. C’est vrai que l’Etat ne peut pas tout faire, mais l’état doit mettre les moyens en place pour aider les opérateurs culturels guinéens à affiner leurs projets. C’est un mouvement d’ensemble. C’est à travers des grands événements culturels à l’extérieur qu’on peut mieux promouvoir l’identité culturelle guinéenne hors de nos frontières. Le réseautage et la communication efficace autour de notre culture peut également amener d’autres publics à s’intéresser à nous et à notre pays.

D’autres vous accusent d’être très critique à l’égard des acteurs culturels et des cadres du ministère en charge de la Culture notamment. Que répondez- vous à ceux-là ?

Je crois que je ne suis pas sévère à ce point. Je ne comprends pas. Le métier de journaliste aidant, j’ai souvent un regard critique et neutre sur les choses. C’est peut-être ça qui ne plait pas à certains. Puisque moi, je n’hésite pas à dire à un opérateur culturel par exemple que son événement n’était pas au top ou adapté. Ou tout simplement, dire plus haut que le ministère de la Culture de notre pays est ankylosé, qu’il n’a pas de projets ou que le gouvernement ne fait pas du rayonnement culturel sa priorité afin de mieux vendre la Destination Guinée. Il faut absolument un minimum d’éveil de conscience pour faire évoluer les choses dans notre pays. Voilà !

Selon vous, quels sont les grands axes sur lesquels le ministère de la Culture devrait s’atteler en vue d’une bonne politique culturelle ?

Une bonne politique culturelle rime avec les infrastructures culturelles pour sa mise en œuvre. Donc, le gouvernement doit investir dans les infrastructures culturelles en priorité. Dans ce sens, il faut déjà créer ou réhabiliter de grands lieux de culture dans notre pays. Quand on parle de culture, les gens ne voient que la musique. Cette idée doit changer. C’est toute une chaîne qui englobe plusieurs domaines de l’art. Il faut de la volonté pour vraiment faire une refonte structurelle dans le département de la Culture en tenant compte du monde actuel. La Guinée n’est pas à la page à ce niveau-là. Après, ce que moi je déplore franchement, c’est la démission de l’Etat pour organiser tout ça. La Culture est un vecteur essentiel de développement. Le gouvernement doit se confronter à cette réalité pour faire bouger les choses.

Vous êtes le fondateur du site culturel Afroguinee.com, un portail d’informations de référence dans l’espace médiatique guinéen. Que peut-on savoir davantage sur ce site ?

Afroguinée.com est un magazine en ligne que j’ai fondé en 2011 avec pour but essentiel de promouvoir la culture guinéenne en offrant plus de visibilité aux talents et acteurs culturels guinéens. Le site est donc axé sur une dizaine de rubriques comme Musique, Culture, Evénements, People, Guinée Stars Vidéos, Showbiz, Tourisme, Diaspora et bien d’autres. Nous traitons de l’actualité culturelle instantanée à Conakry, des retours sur les événements culturels guinéens à travers le monde et des interviews. Aujourd’hui, le site compte plus de 30.000 abonnés sur Facebook et plus de 8000 abonnés sur Google+, Twitter et Instagram. Aux dernières éditions du Prix Djéliba, la qualité de notre travail a été reconnue par nos pairs. Nous avons été sacrés Meilleur site culturel du pays. Ce qui nous encourage encore plus à promouvoir notre belle culture.

Quelle lecture faites-vous de la culture guinéenne dans sa généralité ? 

En quelques mots, la culture guinéenne est très belle et diversifiée. La Guinée est dotée d’un immense patrimoine culturel qui peut inspirer plus d’un. L’on constate juste que les différentes mutations politiques du pays n’ont souvent pas été très opportunes et même favorables à une certaine forme de développement culturel dans la globalité. Par exemple nos musées sont laissés pour compte. Les véritables lieux de cultures authentiques guinéennes sont de moins en moins prisés des jeunes. Et les projets de grandes envergures dans le secteur culturel de notre pays sont quasi inexistants. Voilà un peu le constat amer. Sinon qu’il y a plein de structures qui s’investissent dans l’organisation des concerts, des spectacles autour de la musique.

Par Ahmed Tidiane Diallo

Correspondant en France du journal guinéen Le Populaire

A propos Fode Sita Camara

Journaliste reporter. Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Alpha Wess nous dit tout… (Entretien exclusif)

Alpha Wess n’est plus à présenter dans le rayon musical guinéen. L’un des bâtisseurs du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *