Home / Culture / Affaire Panaf Arts Festival : N’faly Kouyaté recadre Abraham Sidibé

Affaire Panaf Arts Festival : N’faly Kouyaté recadre Abraham Sidibé

N'faly Kouyaté et Abraham Sidibé

SHOWBIZ – Vous vous rappelez certainement de cette affaire de Panaf Arts Festival qui a soulevé des poussières et suscité de vives polémiques sur le réseau social guinéen. Le jeune acteur culturel, Abraham Sidibé avait un moment, exigé à N’faly Kouyaté, le remboursement de toutes ses dépenses qu’il aurait effectuées dans les démarches de ce festival qui a eu lieu les 15 et 16 juin dernier à Bruxelles.

Quelques mois après, le principal initiateur de Panaf Arts Festival, N’faly Kouyaté réveille ce dossier en répliquant aux accusations du Boss de Guinée Music Awards.

« Il y a trois ans, que Abraham cherchait à travailler avec moi et ma structure, NAMUN GROUP. Finalement, par ses beaux mots, il est parvenu à nous convaincre avec l’aide de mon neveu. Bref, il devait travailler pour nous pas comme représentant, mais un membre de NAMUN GROUP comme d’autres à l’approche du festival », nous a t-il confié.

Comment ont-ils travaillé ? N’faly s’explique !

« Nous avons envoyé un document à imprimer pour déposer au petit palais. Donc, nous l’avions demandé de prendre ce document à l’imprimerie et le déposer à destination. Ce qu’il a fait. Ensuite, nous lui avons demandé le prix de cela. Abraham nous a certifié que c’était 30 000 GNF. Nous lui avons envoyé 200 000 GNF en lui disant de garder le reste pour d’autres courses. En plus, nous lui avons donné l’instruction ferme que nous travaillons sur facture et ticket de caisse. Donc pour toute dépense qu’il effectuera à l’avenir pour NAMUN GROUP,  il doit nous fournir soit les tickets de caisse ou les factures. Sinon, on ne peut pas justifier la dépense. Pour nous, cela est clair », a-t-il indiqué.

Poursuivant son explication, le patron de Panaf Arts Festival rappelle : « Après, je suis arrivé à Conakry. Pour la préparation du festival. Lors de mon séjour, toutes les dépenses effectuées ont étés faites par moi à commencer par les collations. Il a même profité de mes visites avec lui, dans les lieux de rendez-vous pour se refaire son carnet de contacts », dira t-il.

Au cours de notre entretien, N’faly affirmera qu’il ne refuse pas de rembourser Abraham mais à une seule condition : « Je lui ai dit ok, mais à condition qu’il nous envoie les factures et tickets de caisse comme nous lui avions dit auparavant ».

A la question de savoir ce qui s’est passé à Dakar pour l’obtention de visas par Abraham et certains artistes  guinéens qui devraient se rendre à Bruxelles, N’faly recadre le débat.

« A mon retour en Europe et après avoir constaté que le financement ne vient pas afin d’assurer le transport, les cachets et prendre les artistes en charge,  nous en avions informé tous les concernés. Et nous avons continué avec ceux qui ont préféré de se prendre en charge. Du même coup, nous avons demandé à Abraham, en lui précisant que normalement, il n’était pas question qu’il vienne en Europe. Mais que s’il peut prendre ses frais de voyage en charge (visa, billet d’avion, frais de vaccination…), il a répondu OUI. Après, il a embarqué dans le véhicule un groupe d’artistes en partance pour Dakar pour les visas », révèle t-il.

Que s’est-il passé? Le Patron de Panaf Arts Festival répond : « Arrivé au Sénégal,  nous les avons appelé pour savoir si tout se passe bien. C’est là qu’il nous dit qu’il n’avait pas d’argent pour le visa. Premier soucis ! Mais malgré tout, nous lui avons envoyé de l’argent pour son séjour et les frais de visa. 100€ dont le prix 60€ pour le visa. Quand il n’a pas eu le visa, il s’est retourné à Conakry. Et quand on l’a appelé après avoir lu des trucs bizarres sur sa page, genre ‘’mafia de visa remboursez moi bla-bla-bla’’ Et puis il nous a écrit de le rembourser ».

Voici leurs échanges de mails

Nous tenons à signaler que nous avons plusieurs fois joint Abraham Sidibé pour qu’il nous donne sa version des faits, mais en vain.

Syta pour Afroguinée

,

A propos Fode Sita Camara

Journaliste reporter. Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Lettre ouverte au ministre Bantama contre les faiblesses du BGDA…

C’est d’abord en ma qualité de citoyen et d’acteur de la musique que je souhaite …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *