Home / INTERVIEWS / KECKSON ET LE RAP : « 2020 SERA INTENSE POUR MOI… »

KECKSON ET LE RAP : « 2020 SERA INTENSE POUR MOI… »

Albert Keckson

Belle entrevue – La roue tourne et Albert KECKSON ne s’arrête pas aussi. « Le Messi du Rap Guinéen » comme il se fait appeler, a passé une bonne heure d’entretien avec ©Afroguinée Magazine la semaine dernière à Conakry. Lisez !

 

Salut Albert ! L’on a l’impression que tu as disparu dans le Game. Qu’est-ce qui ne va pas ?

Ah bon ? Je ne le pense pas, car j’étais en concert le 8 décembre dernier et ça ne fait pas encore 2 mois. C’était un concert avant-goût de mon prochain album.

 Parles-nous de ton actualité musicale ?

Ah boom ! Il y’a des choses qui se préparent. Moi j’aime toujours frapper (Rire). Je n’aime pas déballer des surprises, mais voilà, il y’a l’album qui doit tomber. Je sais qu’il est attendu de fou. Il y’aura des singles comme « I Kamè Wa », « Aigle », « Aniké » qui seront dans l’album. Tous les morceaux sont carrés, c’est des bêtes de son et il y’aura des clips aussi. 2020 sera une année très intense pour moi, pas que musicalement, mais aussi dans les projets. Vraiment, ça va être une année intense.

Selon nos sources, tu as rompu avec la structure MDMA MUSIC. Tu confirme cette information ?

Oui, ça fait des lustres que c’est clos avec MDMA MUSIC. Là, en ce moment, je suis avec Culture Guinée et on essaye de voir. D’abord en général, moi je suis un artiste plutôt autoproduction. Pas parce que c’est ce que j’aime. Mais comme je vous l’avais dit, j’aime être dans tout ce qui est loyauté. J’aime travailler avec des gens avec lesquels je partage les mêmes visions. Sinon, j’ai tout le temps des demandes de production. Ça me plairait d’avoir des mécènes, du financement mais, faut pas le faire avec des gens qui ne sont pas honnêtes.

Mais en ce moment, ça commence bien avec Culture Guinée, je ne sais pas ce que ça donnera à la longue, on est en train de voir. Mais je crois que ça va être intéressant. Déjà, ce sont des frères. On a fait presque une première étape. On a démarré, car récemment on a fait un concert avant-gout qui a fait grand succès, les images sont sur YouTube, Instagram. Après, c’est l’album et le suivi.

Penses-tu que ta carrière décolle considérablement ? 

Ah ! Mais bien sûr ! Tu sais il y’a deux formes de réussite. Il y’a un adage qui dit que je cite « l’importance, ce n’est pas d’être riche mais, c’est de l’être réellement ». Donc, ce n’est pas de faire croire aux gens que tu décolle alors que tel n’est pas le cas. Mais moi, en mon for intérieur, ceux qui m’entourent savent que je décolle. J’aime faire les choses quand je les sens prêtes. Je n’ai pas une pression du public, je ne calcule pas tel ou tel. En musique, en projet, j’aime faire les choses quand c’est vraiment le bon moment. Je n’aime pas faire les choses pour une tierce personne.

Tu es trop virulent dans tes textes. Est-ce, un moyen pour toi de te faire une place au soleil ?

(Rire) Non, que ce soit dans mes textes ou dans une interview, j’aime être honnête avec moi-même. Tu vois ? J’aime dire ce que je pense. Je crois même que c’est pour cela que je fais du rap. J’ai aimé le rap d’abord pour sa liberté de franc-parler. Mes rappeurs préférés, c’est des gars qui sont fermes, qui disent ce qu’ils pensent, ils sont loyaux, ils ne font pas semblant, ils s’entourent des personnes positives. J’ai toujours aimé vivre comme ça que ce soit musicalement ou pas. Donc, c’est normal que cela se reflète sur ma musique.

Les artistes guinéens chantent la paix. Tu n’as pas été associé ?

Ce n’est pas la première fois. Je n’ai jamais été associé à des choses ici à Conakry. Tu vois ? On ne m’invite jamais dans des projets. En tout cas, quand ils iront besoin de moi, moi je suis toujours ouvert, je ferai ce qui à faire, je ne demanderai rien, je n’attends rien en retour. Si on ne m’invite pas, je ne cherche pas aussi à savoir le pourquoi. Et laissez-moi vous dire que je n’ai aucune dent contre les initiateurs de projets. Je me dis qu’ils ont leurs raisons.

Est-ce que tu te sens concerné par cette expression de Djanii Alfa qui dit ceci : «Les autres ne font pas du Rap » ?

Lui et moi avions parlé de ça. Pour dire vrai, je ne me sens pas du tout concerné par cette phrase. Lui et moi (Djanii Alfa NDLR), nous n’avons jamais eu de problème avec ça. Moi je sais que je fais du Rap et ça, depuis des lustres et voilà. J’ai eu à avoir des validations des grands ingénieurs de son que je respecte. Donc, en clair, je ne me sens pas concerné. Pas que par lui pour ses propos là, mais des propos de tous les autres rappeurs aussi. Chacun fait son truc pour avoir de la visibilité, c’est juste du Game et voilà.

Quelle est ta relation avec Bassaly, Louny et les autres rappeurs guinéens ?

Je m’entends avec tout le monde. C’est vrai que vu de loin, je veux dire à travers l’image, la musique, ça n’a pas trop l’air. Mais quand je me rencontre avec quelqu’un, on est tout le temps cool. Généralement, je suis toujours dans mon coin, mais je suis d’accord avec tout le monde. C’est des gars qui m’aident à animer le Game (Rire). Tu vois ? Il faut qu’il y ait une concurrence, c’est juste comme un film. Mais dans la vraie vie, on est des potes.

Merci Albert !

Oh ! Merci Afroguinée

Entretien réalisé par Idy BAH 

AFROGUINÉE MAGAZINE

 

A propos F. Syta Camara

Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

SOULBY THB – ENTRETIEN EXCLUSIF SUR ©AFROGUINÉE

©AFROGUINÉE MAGAZINE  a rencontré Souleymane CAMARA connu sous le nom de SOULBY THB, un jeune …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *