Home / AfroPeople / [ALERTE] ELIE, BILL,… LIBÉRÉS. JAH KARA ET D’AUTRES TOUJOURS EN PRISON  

[ALERTE] ELIE, BILL,… LIBÉRÉS. JAH KARA ET D’AUTRES TOUJOURS EN PRISON  

JAH KARA, ARTISTE GUINÉO-SÉNÉGALAIS

Situation inadmissible ? Le jeudi dernier, les leaders et membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ont été mis en liberté conditionnelle parmi lesquels figurent des hommes de culture comme Elie Kamano, Bill de Sam, Aly Badara Koné. C’est une victoire mais qui semble être au goût inachevé.

Si ces leaders du FNDC ont rejoint leurs familles respectives, il est aussi évident qu’une quinzaine de jeunes continue toujours à souffrir dans les « mouroirs » de la Maison Centrale de Coronthie (Conakry). Dans ce lot « omis » on peut citer Jah KARA, jeune artiste guinéo-sénégalais arrêté et jugé pour avoir manifesté comme les autres, contre l’idée d’un troisième mandat en Guinée. A la grande surprise, leur dossier n’a pas été interjeté à la Cour d’Appel de Conakry pour un pourvoi en cassation comme d’autres l’ont bénéficié.

Selon nos sources, nombreux ne sont pas jusqu’à date présenté à un juge pour qu’ils soient situés de leur sort. Sont-ils des sacrifiés du mouvement FNDC ? La question reste entière. La plupart de ces jeunes « oubliés » en prison, ne disposent pas d’avocat et qui seraient exposés au mauvais traitement carcéral.

« Pour avoir un traitement humain ici, par exemple, aller dans les vraies toilettes, il faut payer de l’argent, tout est argent. Nous passons la nuit les uns sur les autres comme dans une boite de sardine. Pour bien dormir ici, il faut payer de l’argent au chef-prisonnier, nous mangeons difficilement et certains n’ont même pas de visite…. Nous plaidons notre libération comme les autres ». Tel est le cri de cœur d’un jeune arrêté pour la même cause que la bande de Bill De Sam. La frustration est-elle en l’air !

Autre réalité, est que les dossiers pèsent différemment et semblent ne pas attirer les mêmes attentions aux yeux de la justice. Si les leaders du FNDC ont bénéficié des privilèges (Cellule V.I.P, de gros gestes, visites juteuses,…) et ont su se tailler de vrais avocats dans le procès jusqu’à leur libération, les pauvres jeunes manifestants n’ayant pas les moyens ou de relations, n’ont pu se contenter de ce qu’on leur a proposé. Ils n’ont que les yeux pour pleurer. N’est-ce pas, non le FNDC pour les sortir du gnouf ?

F. Syta CAMARA

AFROGUINÉE

A propos F. Syta Camara

Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

LAMARANA DIALLO RAFLE LA COURONNE DE MISS GUINÉE FRANCE 2020

Ça y est ! Lamarana DIALLO, 19 ans, vient d’être élue Miss Guinée France 2O20. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *