Home / Artistes / Album / Fode Baro, entre Afrique et Caraïbes : Nouvel album, La Vérité

Fode Baro, entre Afrique et Caraïbes : Nouvel album, La Vérité

Passé maître dans l’art de surfer sur la rythmique aérienne du zouk, tout en lui donnant une profondeur singulière grâce à l’ajout de touches très africaines, le Guinéen Fode Baro sort son septième album baptisé La Vérité.

C’est un mariage musical à la fois harmonieux et productif que Fode Baro s’attache à faire vivre et à approfondir depuis une vingtaine d’années : celui de son Afrique natale et des Caraïbes. Le chanteur guinéen, auteur de sept albums sous son nom, a trouvé la formule pour que cette combinaison musicale soit fluide, aussi naturelle que possible.

Comme son compatriote Sékouba Bambino et bien d’autres artistes du continent qui cultivent les graines semées par Kassav‘ au début des années 80, il sait respecter à la lettre les conventions du zouk. Dans la forme, d’abord, avec les programmations signées par son acolyte de longue date, le multi-instrumentiste martiniquais Thierry Vaton (membre entre autres du collectif Mizikopéyi). Il y a aussi ces claviers hurleurs, saturés, qui ne déplairaient pas aux Haïtiens de T-Vice, ambassadeurs d’un compas très festif. Ou ce chant « robotisé » car passé par le filtre du logiciel Auto-tune pour coller à son époque.

Sur le fond aussi, le Guinéen quadragénaire sait chanter à l’antillaise, les relations hommes-femmes. Djamila, en ouverture de son nouveau CDLa Vérité, ou Pourquoi me quitter ?, en duo avec le Sénégalo-Capverdien Philip Monteiro, sont là pour le rappeler.

Mais ce qui fait l’originalité et constitue la valeur ajoutée de la musique de Fode Baro réside ailleurs : s’il apporte la culture mandingue avec lui, dans le chant, les mélodies, ses influences africaines ne se limitent pas à ce seul horizon. Le Congo s’invite parfois dans la danse, avec ce jeu de guitare reconnaissable entre tous (que même le Belgo-RwandaisStromae a utilisé pour Papaoutai) et la présence aux chœurs d’un membre du groupe Kekele.

Les cuivres, quant à eux, interviennent sur un schéma qui rappelle clairement celui adopté dans le reggae africain, en particulier par Alpha Blondy – avec qui un des souffleurs de Fode Baro a collaboré par le passé. Dans l’écriture, le Guinéen est d’ailleurs capable de jouer sur les mêmes ressorts que la star ivoirienne. La Paix, Unité nationale et surtout Dénoncer viennent justifier son surnom d’ »agitateur » et donnent à ce CD une dimension sociétale qui fait aussi la spécificité de cet artiste.

On n’en attendrait pas moins d’un homme qui a dû lutter contre la pesanteur des traditions, pour des raisons similaires à celles vécues par le Malien Salif Keita, afin d’assouvir sa passion de la musique, une activité qu’il était impensable de pratiquer dans une famille de marabouts comme la sienne.

Fode Baro

Fode Baro La Vérité (Fode Baro / Lusafrica) 2013
Page Facebook de Fode Baro

A lire aussi Fodé baro, le rénovateur (19/08/2010)

Source : www.rfimusique.com

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de la Publication du Groupe ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Musique : la Fiesta des Suds célèbre la révolution musicale africaine

VIDÉO. Avec la diva malienne Oumou Sangaré, le chanteur belgo-congolais Baloji ou encore l’Angolais Diron …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *