Home / Actualités / Fodé Baro quitte Lusafrica pour Tidiane World Music ?

Fodé Baro quitte Lusafrica pour Tidiane World Music ?

Le meilleur artiste guinéen au dernier Guinée Music  Awards vient de lever le voile sur l’étroite collaboration qui le lie désormais à la maison Tidiane World Music.

Au cours d’une interview qu’il a accordé à Espace FM Guinée le 27 décembre dernier, le roi du zouk Mandingue a révélé qu’il lance son propre label ‘’ Tabaro Productions’’. Une structure qui sera en symbiose avec les Productions Tidiane World Music afin de mieux gérer sa carrière artistique. C’est tout simple, la nouvelle venait enfin de se confirmer : Tidiane Soumah le boss de TWM  devient alors le nouveau manager de l’auteur du célèbre  hit afro-zouk  Yirikikiki .

Après cette annonce , la question que nombreux spécialistes de musiques africaines se  posent désormais est : Que reste –t-il de la collaboration entre Fodé Baro et le label international Lusafria  de josé da Silva qui comme on le sait , a assuré avec succès les dernières productions du chanteur guinéen ?

Sur les ondes d’Espace FM, parlant également de sa dernière œuvre discographique ‘’ Rien Que La Vérité’’,  dédicacée à Conakry le 23 août 2013, Fodé Baro a déclaré que c’est du vite fait  et que c’est loin de ses attentes musicales. L’artiste s’est dit préparé une autre sauce musicale qui représenterait valablement à ses yeux son 6ème album.  « (…) Celui-là est un cadeau pour le peuple guinéen. Je l’ai chanté parce que le pays était en danger et il fallait adresser le message de paix et réconciliation aux politiciens. Sinon c’est du vite fait (…) » A-t-il ajouté en substance.

Biographie Express

La tradition au pays Mandingue (Afrique subsaharienne), veut que la chanson soit une affaire de Griots ou descendants de familles griottes.

Issu d’une famille de notables, FODE BARO sera l’exception à cette règle :

Fils de IBRAHIM KALIL BARO et de SAMANTENIN TOURE, FODE BARO est né à Kissidougou dans la région de Kankan au NORD-EST de la GUINEE.
Descendant de la grande famille de Marabout (Walihou), réputée dans l’enseignement de l’Islam, FODE transgressera ces valeurs ancestrales au nom de sa seule passion pour la musique.

Dès les premières années de sa vie, FODE BARO est charmé par le talent de celui qu’on appelait, « le dragon de la chanson africaine », feu ABOUBACAR DIMBA CAMARA, artiste guinéen hors pair des années 70.

Ainsi piqué par le virus du show, FODE s’y adonnera sans retenue par ses temps de loisirs. A l’école, l’adolescent se fait remarquer très tôt au théâtre scolaire, ballet et autres rencontres musicales. « il fut le plus jeune artiste sous le régime du président SEKOU TOURE, à participer aux plus grands cocktails présidentiels… » Témoigne M.Djapi Diawara (producteur de la musique mandingue à paris).

Attiré dès son jeune âge par des instruments tels que le Tam-tam, le N’goni et la Guitare, FODE BARO dû engager un double combat contre l’ordre établi (tradition griotte) et l’hostilité de sa noble famille pour qui la musique est une voie blasphématoire, voire humiliante.
Rejeté par toute la famille, FODE interrompt ses études et se voit dans l’obligation de quitter sa terre natale, la Guinée.

Mais comme un conquérant, FODE ne désespère pas et affronte son destin avec courage et ténacité. Il s’exilera au début des années 80 en Sierra Léone et au Libéria. Accueilli lors de sa traversée du désert par un prêtre catholique français, ce dernier le formera au solfège. Et durant cinq ans FODE BARO bien que de confession musulmane animera chants et cantiques lors des messes catholiques ; Dès lors, le dialogue et la tolérance deviennent une réalité intime pour notre artiste.

En 1985 de retour en Guinée, il fait la connaissance de la célèbre chanteuse MYRIAM MAKEBA. Celle-ci l’introduit dans l’orchestre de sa fille BONGUI MAKEBA qui à l’époque avait besoin d’un bassiste. De cette rencontre naîtra une vraie relation amoureuse pour la musique entre Mlle BONGUI et FODE. Il s’ensuit la réalisation d’un premier 30 cm et d’une tournée européenne. Pendant près de huit mois FODE BARO a imposé son savoir-faire de grand bassiste au côté de feu Mlle BONGUI à travers les grandes capitales européennes.
A la mort de celle-ci, FODE BARO intègre la formation des messagers de MORY FINDIAN où il côtoiera les grandes voix mandingues ( Mory Kanté, Sory Kandia, Salif Keïta…).

Fort de toutes ces expériences de musicien (bassiste) et chanteur, FODE ambitionne la scène internationale et choisit en 1990, Paris comme ville d’accueil.

A l’école de musique de Bastille dans le 12ème arrondissement de paris, il poursuit le perfectionnement de son art. En véritable méthodiste, il allie les mélodies et rythmes à travers le Zouk, le Soukous, le zoulou et inventa ainsi le tempo « Afro-zouk-mandingue ». Avec la complicité du célèbre musicien-arrangeur, monsieur philippe GUEZ, FODE BARO réalise son tout premier album solo, DONSOKEY (le chasseur) en 1992. Succès immédiat. Ce fut l’album de tous les honneurs : révélation et meilleur arrangement de l’année. De là s’ensuivra la réalisation de plusieurs autres album solo et compilations grâce à M. Sylla de Syllart production que l’artiste lui-même appelle affectueusement « Papa » :
— « Sans papiers »,une compilation de vedettes africaines telles que Koffi Olomidé, Déesse, Magic system…fut réalisée entre 1993 et 1996 pour soutenir les nombreux compatriotes africains menacés par la politique de l’immigration en France. Mais l’année de consécration sera 1999 : la sortie de son second album « L’AVENTURIER » caracole en tête des hits panafricains (RFI, Africa n°1, MCM Africa et Média tropical…), avec son titre « Yirikikiki ». Ce qui valut à FODE BARO les prix de meilleur album et meilleur clip décernés à Libreville (Gabon) en 2000 par la chaîne de radio Africa n°1.

En 2002, FODE BARO participe à nouveau à la réalisation d’une compilation guinéenne « Les Leaders de Guinée » dans laquelle l’artiste rend hommage la capitale guinéenne, Conakry et à ses habitants pour leur soutien indéfectible et fidélité à la musique mandingue. Il restera fidèle à celui qui la découvert et fait connaître dans l’univers du show-biz au bord de la seine et partout en Afrique jusqu’à fin 2002 quand l’artiste sur permission de sa maison de production (syllart production), décide de mener une aventure. Le fruit de cette dernière est son nouvel album « Sangali » : première auto-production, l’artiste, après avoir conquis le milieu Afro-Caraïbéen, retrouve ses origines musicales avec cet album acoustique. Riche de sonorités mandingues qui marient rythmes et mélodies spécifiques de l’Afrique et sa profonde musique traditionnelle ; Ce nouvel opus entend dénoncer l ²es maux de ce siècle finissant et qui risquent de bouleverser le 21ème siècle (misère, intolérance, racisme, guerre civile…) et invite toutes les forces vive à prôner paix et amour. Ainsi, « Sangali », hymne à l’amour souhaite faire échec à toute idée de discrimination, de domination de haine et entend appeler au respect de la différence et de la diversité ainsi qu’à une large solidarité entre les Hommes, piliers de la civilisation africaine. Enregistré dans l’un des meilleurs studios parisiens (studio bastille), « Sangali » est encore disponible.

Fodé Baro est considéré aujourd’hui et à juste titre comme le leader de la musique guinéenne.

Ses albums «  Débrouillons nous » en 2004 ( Syllart Productions ) et « FOUFAFOU-ACTE I » en 2007 ( Co-prod avec Guibel Music ) sont les galettes préférées des mélomanes en Afrique de l’Ouest.

En 2008, l’artiste, avec le seul titre « Yanfanté » de « Foufafou Acte 1 » a occupé le sommet de divers hit-parades en Afrique de l’ouest. N° 1 en Guinée, N°1 au Sénégal, N° 1 au Mali, Fodé Baro a résolument marqué l’année 2008 de son empreinte. Après avoir été consacré en 1999 artiste Africain de l’année avec son fameux titre « yirikikiki », Fodé Baro a reçu en 2008 trois djembés d’or en Guinée, dont celui du meilleur artiste et du meilleur album de l’année, et deux tamanis d’or au Mali. Fodé Baro est aujourd’hui l’un des grands messieurs de la Musique Africaine. On se fait un plaisir de l’écouter sur toutes les tendances et coutures musicales ( mandingue, coupé-décalé, zouk et R&B). Lire la suite…www.delautrerive.com/artist/fode-baro/

Aboudy Camara

www.afroguinee.com

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de la Publication du Groupe ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Petit Kandia en colère et s’acharne contre l’ANAIM

Le développement socio-économique et culturel de Boké, ville située à plus de 300 kilomètres de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *