Home / Culture / GUINÉE – Et si on collectait autant d’argent pour la culture que les sports ?

GUINÉE – Et si on collectait autant d’argent pour la culture que les sports ?

Photo d'archive : Les Ballets Africains de la République de Guinée

Ceci est loin d’établir une comparaison passionnelle entre la culture et les sports en Guinée. Nombreux observateurs constatent de façon indéniable, qu’autant, les sports draient la foule et unissent un peuple, autant la culture en est capable. Mais la problématique persiste, celle de savoir pourquoi les dirigeants guinéens prêtent plus d’attentions aux sports qu’à la culture ? ©AFROGUINÉE vous décrypte la situation !

La participation du Syli National à la trente deuxième édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Football (CAN) 2019 en Egypte, a fait mobiliser un montant de plus de 7 milliards de francs guinéens sans compter le budget colossal débloqué par l’Etat pour la circonstance. Donc, ça a des coûts de dizaines, voir des centaines de milliards de francs guinéens engloutis dans le foot. Cela, uniquement pour une équipe qui chaque année, trahit les grosses attentes de toute une nation.

Alors, et si on allouait à la culture, les mêmes types de moyens, les mêmes énergies de bonne volonté, de motivation des autorités, des politiques, des opérateurs économiques, des mécènes, des institutions et des grandes entreprises du pays, la Guinée aurait au moins, un Palais de la Culture digne de ce nom.

Ne serait-ce qu’un manoir professionnel de 5000 places pour le bonheur et le respect de la culture qui selon l’histoire, aurait aussi renfloué la caisse de l’Etat et honoré tout le peuple de Guinée. Car force est de reconnaître que le seul Palais du Peuple est toujours dans un piteux état sans aucune issue véritable pour l’éclosion de l’excellence de la culture guinéenne en matière de scène.

A en croire à nos sources, au temps du ministre Siaka Barry à la tête du ministère de la culture en 2016, le budget d’investissement du département de la Culture était de 800 millions de francs guinéens sur un budget global de 132 milliards de francs guinéens par an, réparti comme suit : 12 milliards pour la culture et le patrimoine historique dont 50% de ce montant étaient consacrés au salaire annuel du personnel. Cette somme à l’époque était très modique face aux énormes déficits infrastructurels et structurels du secteur culturel guinéen pourtant considérée comme l’un des secteurs clés du développement national

Les 120 autres milliards étaient alloués au secteur des sports dont 90 milliards pour le fonctionnement des 30 fédérations sportives du pays.

Par ailleurs, face aux réalités actuelles, le tableau est sombre et la situation devient de plus en plus grave. Surtout quant on sait que Sanoussy Bantama Sow, un ministre jugé novice dans le secteur de la culture, ne disposerait d’aucune politique concrète pour valoriser son secteur. Sinon que de confondre sa feuille de route aux mouvements propagandistes et démago-politiques pour le régime Alpha Condé dans lequel il se prend pour un demi-Dieu.

Dans son ministère confiné dans un immeuble loué à Kaloum, c’est le fouet de l’influence qui dirige l’expérience sous l’œil méfiant et impuissant d’un gotha de cadres « expérimentés ». Oui, la culture guinéenne dans sa globalité court au désastre et dans la torpeur sans issue de développement depuis plus de 60 ans. Dans ce domaine en Guinée, on y assiste à un théâtre insipide et si accablant qui a fini par fragiliser et décourager les nombreux talents et professionnels du secteur.

C’est dommage ! Que Bantama Sow se bouge enfin ou qu’il plie bagages !

Syta pour AFROGUINÉE

A propos Fode Sita Camara

Journaliste reporter. Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Festival Nuits d’Afrique à Montréal : le choc des cultures…

Le festival Nuits d’Afrique déroule sa 33ème édition du 9 au 21 Juillet à Montréal. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *