Home / Actualités / La Guinée rend un 40ème hommage à Aboubacar Demba Camara

La Guinée rend un 40ème hommage à Aboubacar Demba Camara

40 ans après sa tragique mort à Dakar, le peuple de Guinée se rappelle toujours de celui qu’on surnomma  »Le Dragon de la musique africaine ». De par ses œuvres musicales appréciées de tous et adulées par toute une génération, Aboubacar Demba Camara du Bembeya Jazz National reste une légende de la musique guinéenne et africaine. Pour dresser un regard sur le passé de ce personnage hors du commun, les hommes de culture guinéens sous la houlette de Jean Baptiste William et Fodéba Isto Kéira se sont réunis vendredi 5 avril à l’espace Sory Kandia Kouyaté du CCFG pour lui rendre un 40ème hommage. Témoignages de reconnaissance à l’homme et remerciements aux initiateurs de la journée ont été les principaux vecteurs de cette rencontre.

C’est sur des notes de guitare du célèbre Sékou Bembeya Diabaté précédé d’une minute de silence que ce 40ème hommage à Aboubacar Demba Camara a été déclaré ouvert. Prenant la parole, Jean Baptiste William PDG de Select Communication a profité de l’occasion pour annoncer que la 12ème édition du Djembé d’Or respectueusement prévu les 6 et 8 novembre prochain sera essentiellement consacrée aux œuvres d’Aboubacar Demba Camara, une façon de lui rendre un grand hommage dit-il.

Après un bref retour sur le parcours de la légendaire voix du Bembeya Jazz, Jean Baptiste William a par la suite rendu public les différentes activités du prochain Djembé d’Or visant à honorer la mémoire de Demba afin de l’immortaliser pour les générations futures. Parmi ces activités prévues par le comité d’organisation, on peut remarquer : la proposition de construction d’une statue de Demba au niveau d’un carrefour de la ville de Conakry, l’édition d’un livre sur le parcours de Demba et du Bembeya Jazz National, l’édition d’un coffret de 40 chansons inédites du Bembeya ainsi que d’une projection d’un film sur le passé de ce mythique groupe.

Rescapé de l’accident du 5 avril 1973 de Dakar qui a valut la mort à son compagnon de lutte, Sékou Bembeya Diabaté a quand à lui indiqué que le grand moment était enfin arrivé avec cette initiative des hommes de la culture qui vise à rendre hommage aux légendes du passé.

Pour sa part, Sékou le gros Camara autre nom de la musique guinéenne n’à pas caché son émotion : « le temps est arrivé pour qu’on se souvient de nous, car la jeunesse d’aujourd’hui à tendance à oublier les acquis de la jeunesse d’hier et merci à tous les efforts fournis dans ce sens car c’est l’ouverture d’une voix de renaissance du Bembeya qui a vraiment marqué son temps ».

Très ému par les différents témoignages qui se sont succédé autour de Demba, Ahmed Tidjani Cissé Ministre guinéen de la culture et du patrimoine historique a martelé que si l’Afrique traine toujours derrière c’est parce qu’elle piétine sa culture, il rajoute également que les NTIC ont une grande influence sur la génération actuelle, cela sous le regard impuissant des parents et que si cela continuait on risque de se retourner dans l’esclavage. Il a par la même occasion indiqué que le Sénégal envisage mettre une stèle au lieu de l’accident de Demba à Dakar afin de l’immortaliser dans l’histoire de Sénégal. Pour finir, le ministre a réitéré son engagement à porter haut l’intérêt que culture pourrait avoir dans le développement de la Guinée : « j’essaie de me battre pour faire comprendre au gouvernement que le budget actuel alloué à la culture est insuffisant et qu’il faudrait encourager la création  artistique car la Guinée est le seul pays qui ne dispose pas de festival national. Je souligne que la culture est une richesse qui ne meurt jamais contrairement à la richesse minière ».

Il faut rappeler que dans le même élan, se tenait au même moment, mais cette fois ci au domicile de la fille de Demba une séance de lecture du saint coran suivi d’un sacrifice en la mémoire de l’artiste.

Amadou Barry , Conakry

www.afroguinee.com

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de la Publication du Groupe ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

VDMG : l’accès au vote suscite un fort engouement !

C’est parti et le compte à rebours est déclenché ! L’opération de vote digitale pour …

2 Commentaire

  1. Cheick Fantamady Camara

    Quand Demba mourrait, j’étais ado et je vivais à Beyla, chez mon grand frère Yanka. je me souviens avoir fait trois au moins sans pouvoir mangé correctement, toujours en larmes et révolté sans savoir contre qui? Mon frère au bout du 3ème jour, a compris que ses menaces ne faisaient qu’aggraver mon état de désolation; il a promis de venir avec moi à Conakry lors de son prochain voyage pour me permettre de rencontrer la famille de Demba et aller sur sa tombe, il m’a dit des paroles de sagesse par rapport à la mort… Mais moi, ma question était plus profonde: pourquoi « Demba » en ce moment là? D’où ma découverte de l’injustice divine… J’étais imbibé de cet homme. Je le répétais par cœur. J’étais le petit Demba dans ma classe bref… Paix à son âme. Dommage que la musique guinéenne soit sortie de cette diversité rythmique au profit d’un rythme unique qui fait qu’en écoutant une seule musique, on peut imaginer tout le reste.
    Repose-toi Demba, tu es toujours parmi nous.
    Cheick

  2. QUELLE PERTE POUR L’AFRIQUE!!!
    UNE SI BELLE VOIX!!!!
    j’AVAIS 3ANS AU MOMENT DE SA MORT,AUJOURD’HUI J’AI 43ANS,5 GRANDS ENFANTS;SA VOIX A BERCE MON ENDFANCE DANS UN PETIT VILLAGE A 52KMS AU NORD DE ST LOUIS DU SENEGAL.MA SOEUR ET SON MARI QUI SONT DECEDES MAINTENANT,ADORAIENT LE BEMBEYA JAZZ ET BOUBACAR DEMBA CAMARA;ILS M’ONT TRANSMIS LE VIRUS ET JE PEUX PAS M’EN PASSER. »REGARD SUR LE PASSE,JE L’ECOUTE EN BOUCLE ET J’AI RAYE TOUS MES CD.JE VOUDRAI UN JOUR VENIR EN GUINEE ET ME RECUEILLIR SUR SA TOMBE,VOIR SA FAMILLE.
    REPOSE EN PAIX DEMBA,TON OEUVRE NE SERA JAMAIS OUBLIE!
    UNE INCONDITIONNELLE DU BEMBEYA JAZZ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *