Home / Culture / Le BGDA monte au créneau face aux critiques !

Le BGDA monte au créneau face aux critiques !

Quelques jours après la sortie médiatique des acteurs cinématographiques guinéens, le 02 février dernier à la Maison commune des journalistes à Conakry, pour dénoncer les difficultés de la production cinématographique et vidéographique en Guinée et la mésentente qui l’oppose au Bureau Guinéen des Droits d’auteurs (BGDA), le Directeur Général de cette structure étatique chargée de la protection des œuvres artistiques du pays, est  aussitôt monté au créneau pour répondre aux différentes critiques. Selon M. Abass Bangoura, les critiques faites à l’égard du BGDA ne trouvent leur origine nulle part ailleurs surtout pour fossoyer le lancement officiel des hologrammes sécurisés que sa direction vient de mettre en circulation en Guinée.

Lisez ces propos du moins « fougueux » de M. Abass Bangoura :

« Suite aux allégations et différentes critiques dont le BGDA a été victime, la Direction Générale tient à préciser, le manque de pertinence et d’objectivité, car elles prennent leur source dans les préjugés et les idées reçues et faites par un réseau de fossoyeurs de l’économie qui pendant des années ont trompé le secteur du cinéma et de la vidéo. La Direction Générale se sent fortement outragée par ce type d’interventions, caractérisées par un négationnisme sans scrupule, de l’histoire du DROIT D’AUTEUR différent du DROIT CLASSIQUE.

Cette attaque médiatique de la part de certaines sangsues des œuvres artistiques en Guinée, n’a fait ni chaud ni froid au Directeur Général, conscient des efforts faits par sa Direction. Après des années de confusion à situer la responsabilité du mal dont souffrent les auteurs de la République de Guinée :

LE PIRATAGE DES ŒUVRES ARTISTIQUES, le masque vient en fin de tomber. C’est pourquoi, je voudrais avec un peu de recul revenir sur le boucan ou encore si l’on préfère sur le vent de «demonisation» si le français le permet, que certains détracteurs déversent sur le BGDA. Contrairement à ce que pensent les mauvais esprits, il n’y a jamais eu de conflit entre l’ONACIG et le BGDA, les textes juridiques étant clairs dans la délimitation des périmètres de responsabilité. Certains individus mal intentionnés dont le lancement des hologrammes sécurisés empêche de dormir, se sont livrés au malin plaisir de dénigrer le BGDA véhiculant tant à travers les conférences de presse, des interviews à la télé, à la radio que sur le net, des propos allant dans le sens de la fragilisation de l’autorité de l’Etat et la détérioration des relations diplomatiques entre la Guinée et certains pays frères comme la Corée du Nord où les hologrammes ont été fabriqués. Ainsi faisant,

Puisqu’ils n’ont rien entre les mains sur quoi nous pourrions éventuellement discuter, ils se laissent aller aux insanités.

En ces temps d’EBOLA qui dévaste notre pays, on aurait bien voulu écouter ou lire des prises de position responsables et non du charabia fortement teinté de haine et d’égoïsme visant un enrichissement illicite de la vente du sang des auteurs de ma chère Guinée. L’objectif du BGDA dans la confection de ces hologrammes est clair, c’est rendre UNE JUSTICE SOCIALE. Celle de rendre à CESAR ce qui l’appartient.

Chercher à détourner le problème ou à distraire les gens est le propre des farfelues et des personnes non responsables. Vouloir s’en prendre à ceux qui recherchent des solutions n’est ni juste ni raisonnable.

A mes frères qui s’appuient sur un soi-disant consortium pour barrer la route à l’initiative salvatrice du BGDA, je demande de mettre la balle à terre et venir se mettre autour de la table avec la Direction du BGDA seul organisme de gestion collective pour régler les problèmes liés à la survie des auteurs en République de Guinée.

LE TRAIN DU COMBAT DES PIRATES A BOUGE ET QU’IL N’A PAS DE FREIN. CELUI QUI SE METTRA DE TRAVERS, IL VA LE MARCHER DESSUS.

Pour terminer, je dois me réjouir qu’il y ait eu d’autres interventions pour tempérer le chauvinisme de nos frères qui se sont illustrés par des injures et par la haine ».

Propos retransmis par Fodé Sita, notre Correspondant basé à Conakry

www.afroguinee.com

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de la Publication du Groupe ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

LE FESTIVAL « NOS ARTISTES D’ABORD » LANCÉ SUR UNE NOTE D’ESPOIR !

C’est parti ! En partenariat avec la radio Alpha Blondy FM de la Côte d’ivoire, les structures …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *