Home / Culture / Lutte contre l’excision à Conakry : le graffiti mis à contribution ! 

Lutte contre l’excision à Conakry : le graffiti mis à contribution ! 

Une vaste campagne de sensibilisation sur les pratiques liées à l’excision est de nouveau lancée ce mercredi 18 Septembre à Conakry mais cette fois, avec le graffiti mis à contribution. C’est une initiative du Club des Jeunes Filles Leaders de Guinée en collaboration avec l’ONG Guinée Challenge.

En effet, pendant dix jours d’affilés, les cinq communes de la capitale guinéenne connaîtront une sensibilisation de porte-à-porte pour expliquer à la population à travers des images, les dangers et les conséquences que subissent les jeunes filles une fois excisées. Lansanaya Barrage, l’un des quartiers bouillants de la commune de Matoto a eu l’honneur d’abriter le coup d’envoi de cette campagne de sensibilisation.

« Ce qui est très inquiétant, nous occupons la 2ème place sur le plan mondial. Étant une organisation féminine, nous avons collaboré avec l’ONG Guinée Challenge qui œuvre à travers les images et les représentations graphiques. Cela va permettre aux filles du Club d’être concrètes et toucher plus de public », souligne Kadiatou Konaté, Secrétaire général du Club des Jeunes Filles Leaders de Guinée.

Cette campagne est placée sous le thème : « UNE FEMME, UNE IMAGE ».

« Cette fois, nous nous sommes joints au Club des Jeunes Filles Leaders de Guinée pour les accompagner dans la lutte contre l’excision. Vu que nous intervenons dans le graffiti qui est un art visuel, c’est très facile de communiquer avec les dessins », dira le Manager de l’ONG Guinée Challenge, M’baye Aïssatou Fall Léfa.

Rappelons que la Guinée fait partie des pays qui pratiquent le plus au monde l’excision/MGF (Mutilations Génitales Féminines). Elle arrive en deuxième position juste après la Somalie avec un taux de prévalence de 96 %.

L’excision est souvent pratiquée par des exciseuses traditionnelles (87%). Mais, l’intervention médicale est de plus en plus sollicitée ; elle est exécutée dans des conditions relativement hygiéniques par du personnel médical. Mais pour des ONG nationales et étrangères, cette pratique doit complètement cesser pour le respect de la dignité, de l’intégrité et de la santé de la femme.

Idy BAH pour Afroguinée

A propos Fode Sita Camara

Journaliste reporter. Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

La Nuit du POHDA 2019 : Salim Souaré fait le point !

L’édition 2019 de la Nuit du POHDA le Vendredi soir au Belvédère à Conakry n’a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *