Home / INTERVIEWS / Siaka Barry : « La Guinée est un pays culturel par essence »

Siaka Barry : « La Guinée est un pays culturel par essence »

Interview. Après l’adoption par les élus du projet de loi portant sur la préservation du Patrimoine Culturel guinéen, ©Afroguinée Magazine a tendu son micro au ministre de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique, Siaka Barry. Voici  l’intégralité de notre entretien. Lisez plutôt !

L’Assemblée Nationale vient d’adopter à l’unanimité le projet de loi portant sur la préservation du Patrimoine Culturel guinéen. Quelle est votre lecture de la situation ?

C’est un sentiment de joie, de satisfaction mais surtout, un sentiment d’espoir aujourd’hui. La première ratification internationale concernant la préservation du patrimoine historique, est intervenue en novembre 1970. Deux années après, c’est-à-dire en novembre 1972, la Guinée ratifiait aussi une convention de l’UNESCO sur  le patrimoine matériel.

En 2003, nous avons ratifié une autre convention portant sur le patrimoine immatériel qui devait être conservée par l’UNESCO. Et malgré ces 3 ratifications internationales, il y avait un vide juridique dans notre pays qui ne permettait pas à notre nation de préserver, de protéger et de promouvoir son patrimoine historique. Au jour d’aujourd’hui, c’est ce qui est fait, et c’est une avancée historique que vient de poser l’Assemblée Nationale par son soutien à cette loi. Un soutien que l’assemblée nationale vient d’exprimer à l’unanimité en adoptant ce projet de loi portant sur la préservation du patrimoine historique et culturel.

Quelles seront alors les orientations suite à cette adoption par l’Assemblée ?

Les orientations seront maintenant la mise en œuvre de ce projet de loi. D’abord, il faudrait que ça se traduise donc en loi. Aujourd’hui, avec son adoption et sa promulgation future par le Président de la République, nous avons bon espoir que ça se transformera en loi qui s’imposera à nous tous.

Maintenant, il faudrait veiller à la mise en œuvre de cette loi et surtout à son application et à son applicabilité. Déjà l’applicabilité est là, mais l’application effective sur le terrain, c’est ce à quoi nous devons nous attirer tous. Pas seulement le ministère en charge de la culture mais, aussi les guinéens doivent être dans un élan citoyen.

Mr. le Ministre, quelle est la portée de ce projet de loi qui vous invite à le défendre devant les députés ?

La portée est historique. Vous n’êtes pas sans savoir que la Guinée est un pays culturel par essence. La diversité culturelle de la Guinée n’est plus à démontrer. La Guinée est un carrefour des grandes civilisations du moyen âge jusqu’aux  civilisations du 18e au 19e siècle. Donc, nous avons un héritage culturel important. Mais, pour qui connait donc le poids de cet héritage-là, il était inconcevable que nous soyons là avec un vide juridique qui ne nous permette pas de promouvoir, de protéger, de préserver ce patrimoine historique.

Aujourd’hui, c’est chose faite. C’est-à-dire, personne ne peut se lever actuellement pour aller piller nos biens culturels, nos biens historiques, les envoyer dans une sorte de trafique ailleurs, sans qu’elle ne soit poursuivie, sans qu’elle ne soit inquiétée par une loi dont la Guinée s’est dotée.

Justement Mr. le Ministre, pouvons-nous avoir une idée sur le patrimoine et la mise en valeur de notre culture à travers le pays ?

Oui ! D’abord,  pour avoir une idée, cela nous ramène un peu à la question d’inventaire. Nous allons procéder à l’inventaire global du patrimoine historique. Après donc l’adoption de cette loi, cet inventaire va nous amener dans les quatre régions de la Guinée. Nous allons essayer de participer aussi à la promotion. Parce qu’il faut promouvoir aussi après inventaire. Et la promotion de notre patrimoine culturel va ouvrir le chemin à la Guinée à un tourisme culturel qui soit promoteur et pourvoyeur surtout de croissance et de développement.

Avez-vous déjà des propositions de site ou de patrimoine culturel à mettre en avant ?

Oui ! C’est l’inventaire qui va déterminer cela. Déjà, quand vous prenez la basse côte, vous avez les sites négriers  qui sont là tels que les différents ports négriers.

Quand vous prenez le Fouta, vous avez des mausolées des Almamy. Quand vous prenez la Haute Guinée, vous avez des sites guerriers d’Almamy Samory Touré, de Soundiata Keita etc.….

Quand vous prenez la Guinée Forestière il y’a aussi l’héritage  de ZégbelaTogba qui sont là, les Kissi Kaba Keita etc… Maintenant ceci dit, pour avoir  une vue d’ensemble de tout le patrimoine historique dans sa globalité, il nous faut un inventaire.

Merci Mr le Ministre pour nous avoir accordé cet entretien.

C’est moi qui vous remercie

Propos recueillis par Syta Camara pour Afroguinée Magazine

www.afroguinee.com

A propos Fode Sita Camara

Journaliste reporter. Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Maitre Barry : « grâce à mon saxophone j’ai fait le tour du monde » (Interview)

En ce mois de la musique, notre Rédaction a rencontré, à nouveau, le légendaire Saxophoniste guinéen, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *