Home / Actualités / Oudy Premier :  »Je veux poser des jalons pour nos petits frères… »

Oudy Premier :  »Je veux poser des jalons pour nos petits frères… »


[ Interview ] Dans un entretien exclusif accordé à la rédaction de votre site ©Afroguinée, Oudy Premier l’artiste du peuple, s’est confié sur sa vision de la culture guinéenne et ses méga projets. Lisez plutôt !

Bonjour Oudy premier, comment ça va ?
Bonjour, ça va ! Dieu merci.
Pour entamer cette interview, dites-nous pourquoi le surnom Artiste du peuple ?
Artiste du peuple parce que je suis au service du peuple, puis je suis à l’attente du peuple. Tout ce qui peut apporter un plus à la Guinée, je suis prêt pour ça, d’où l’appellation l’artiste du peuple.
Et ce n’est pas moi qui me suis fait appeler l’artiste du peuple, c’est les géants qui m’ont surnommé l’artiste du peuple et c’est resté comme ça.
2020 est  une année spéciale avec le Coronavirus. Conditions de vie pénibles, des projets culturels reportés et tant d’autres drames. Comment arrivez-vous à tirer les deux bouts en ces temps si dures pour les artistes ?  
C’est dur ! Très, très dur. Vous savez, nous étions dans l’organisation de la première édition de La Nuit de la Guinée, ça été une grosse perte pour tous les acteurs culturels et vraiment on remercie encore l’Etat qui a pris l’initiative de venir en aide même si ce n’est ce qu’une partie pour pouvoir soulager les acteurs.
Mais c’est vrai que c’est difficile pour tout artiste parce que nous savons que toutes ces activités sont bloquées, concerts, mariages, baptêmes, il y’a rien. Donc, c’est aussi dur pour nous que tout le monde entier.
C’est l’occasion pour moi de présenter mes condoléances à toutes les familles attristées, touché par la Covid-19 mais en même temps rappeler à tous les fans de continuer à garder l’espoir pour que nous pussions éradiquer cette pandémie pour que les choses puissent reprendre comme d’habitude.
Que retenez-vous de ces icônes de la musique guinéenne disparues cette année ?
D’abord pour moi, c’est dommage ! Dommage parce que pour moi ses icônes de la musique guinéenne méritaient d’avoir de leur vivant tous les honneurs. Mais en suite, c’est après leur disparition qu’on apprend beaucoup de choses. Par exemple, moi je n’avais jamais su que notre papa feu Mory Kanté avait 16 Disques d’Or, c’est seulement après sa mort que je l’ai su. C’est vraiment dommage !
Aujourd’hui, Mory Kanté c’est quelqu’un qui a incarné l’identité musicale de la Guinée, qui a pu vendre la Guinée au plus haut sommet mais aussi l’Afrique, parce qu’il faut savoir qu’il est une fierté de toute l’Afrique.
C’est toute l’Afrique qui a perdu un grand homme à cela s’ajoute toutes les autres personnes qui nous ont quittées comme : maman Kadé Diawara, Kany Dambakaté, le grand frère Kerfala Kanté, Ansoumane Camara petit Condé, toutes ses légendes qui ont servi toute leur vie la musique guinéenne. Je prie le bon Dieu de leurs accorder le paradis pour le repos de leurs âmes.
 Parlant des projets culturels, nous savons que le concert La Nuit de la Guinée a été victime de Covid-19. Que devient ce projet dans le futur ? 
Bon ! Ce projet, comme je le dis, est en stand-by pour l’instant, nous attendons que les choses puissent reprendre et que nous puissions voir avec le staff de production pour voir comment reprogrammer une nouvelle date.
Donc, pour l’instant nous sommes tous en attente. D’ailleurs, c’est l’occasion encore de dire merci à tous nos partenaires qui  nous accompagnent pour la réussite de ce grand événement culturel. Ce n’est qu’une partie remise.
Je pense que les choses vont reprendre Inch’ Allah très bientôt ! On va finir avec cette pandémie. Nous aurons une réunion où nous allons communiquer une nouvelle date, pour pouvoir réaliser ce gros projet de la culture.
Est-ce que l’Etat est venu au secours pour vous encourager après l’annulation de l’Evènement ?
Apprêt l’annulation, c’est vrai que nous avons fait une démarche avec un collectif d’opérateur culturel tel qu’Abdoulaye M’Baye et Al Souré qui ont d’ailleurs fait un travail remarquable pour pouvoir adresser une lettre à la Primature pour qu’on puisse venir en aide à tous les acteurs culturels durant cette pandémie.
Les mesures d’accompagnement ont été annoncées la dernière fois par le Premier Ministre. Une occasion encore de saluer les efforts du gouvernement à travers la mise en place de cette Assurance Maladie pour les artistes et aussi l’accompagnement des acteurs culturels en cette période de pandémie.
 Ces derniers temps, vous êtes actifs sur les réseaux sociaux avec le confinement Show. Comment est née l’idée de ce concept ?
Je pense qu’on a créé une plateforme qui permet de donner de la visibilité à tous les artistes, moi j’ai toujours dit que nous sommes tous des frères et sœurs, chacun peut un peu.
Aujourd’hui, Dieu m’a donné la chance d’avoir un centre culturel qui est doté de 4 gros studios. Un studio moderne, un studio de danse pour les répétitions et la création artistique et un studio photo shooting et vidéo avec le siège de la société Oudy prod.
Donc c’est un complexe qui est à la disposition de tout artiste et la jeunesse guinéenne. Ce studio live est une chance pour moi, il me sert de plateau d’émission pour être diffusé en direct sur les réseaux sociaux qui permet à tous les artistes de rester en harmonie avec les fans à travers le monde entier.
C’est devenu une plateforme où tout le monde se connecte à partir de 18H pour voir les artistes guinéens qu’ils aiment et pour moi c’est un grand plaisir.
Quelle est ta réponse à ceux qui disent que Oudy est plus souvent sur les rythmes ivoiriens que guinéens ?
Bon ! Les goûts et les couleurs ne se disputent pas. Moi je suis un artiste qui prends les côtés positifs des choses, c’est vrai que je suis fier d’avoir commencé par la Cote d’Ivoire, parce que si la Guinée est fière de moi en ce moment c’est parce que la Cote d’Ivoire m’a permis d’être ce que je suis. Donc, je resterais reconnaissant au peuple ivoirien, qui pour moi d’ailleurs est un pays frère à la Guinée.
Je n’ai aucun complexe sur mon style musical parce que la Guinée et la Côte d’Ivoire c’est la famille et si je suis artiste aujourd’hui, c’est parce qu’il y a eu le Coupé-décalé, sinon j’ai fait les études, je suis juriste de profession. Pour moi, je pense que ça été un déclic pour que la Guinée soit fière de l’homme que je suis devenu maintenant. Donc, j’ai mes fans et Dieu merci.
Comment voyez-vous votre carrière d’artiste dans 5 à 10 ans
Bon ! Je pense que j’ai commencé à poser quelques jalons. Plus tard, c’est être producteur parce qu’on ne va pas faire la musique toute notre vie, à un moment donné il faut laisser la place à la nouvelle génération. Il faut aussi aider les jeunes parce qu’ils doivent avoir la chance que nous n’avons pas eu.
Par exemple nous, nous avons commencé la musique de manière très informelle. Par la suite, Dieu nous à permis d’avancer mais nous voulons poser des jalons pour nos petits frères qui veulent faire de la musique leur carrière. Encadrer des jeunes c’est ce que nous essayons de faire à travers le Centre Culturel Oudy Prod.
C’est vrai que j’ai d’autres ambitions, mais pour l’instant ce premier projet qui est visible de tous, c’est ce centre culturel que j’ai pu réaliser après en 10 ans. Il est à disposition de toute la jeunesse guinéenne pour pouvoir les aider et les permettre de sortir de la rue pour faire le métier de la musique de manière très professionnelle.
Donc c’est une opportunité pour eux de venir ici, c’est une maison à tous pour ceux qui veulent faire carrière dans la musique. En tout cas, leurs permettre à moindre coût de pouvoir vivre leur rêve qui est de faire la musique.
Une pensé positive pour finir cette interview…
La paix en Guinée, que Dieu face que cette pandémie soit un souvenir lointain et que les choses puissent reprendre.
Que Dieu sauve la Guinée !
Merci Oudy Premier…
C’est moi qui vous remercie pour cet entretien.
Propos recueillis par Idy BAH pour ©AFROGUINÉE   

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Le Ministre des télécoms apporte son soutien au FODAC

Dans la matinée du vendredi 7 août, le Ministre des télécommunications et de l’économie numérique …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.