Home / Diaspora / RÉCIT. « EN GUINÉE, J’AVAIS DES RÊVES MAIS PAS D’ESPOIR »

RÉCIT. « EN GUINÉE, J’AVAIS DES RÊVES MAIS PAS D’ESPOIR »

Fode Kaba Tounkara a reçu une bourse de 1 000 € par le fonds rennais d’initiative jeune pour faire éditer son récit autobiographique Un migrant ambitieux et optimiste. Coup de cœur du jury.

Fode Kaba Tounkara a reçu une bourse de 1 000 € par le fonds rennais d’initiative jeune pour faire éditer son récit autobiographique Un migrant ambitieux et optimiste. Coup de cœur du jury.

À 18 ans, Fode Kaba Tounkara a écrit son histoire, pour retracer son parcours de sa Guinée natale à Rennes, « beaucoup de personnes ne savent pas qui je suis. Aujourd’hui, le mot de migrant est devenu péjoratif. Beaucoup de personnes ne cherchent pas à comprendre, nous voient comme des assistés, qui ne comptent que sur les autres. »

Changer le regard

Fode vient de recevoir une bourse de 1 000 € attribuée par le fonds rennais d’initiative jeune pour l’aider dans son projet.Car pour changer le regard, Fode Kaba Tounkara, demandeur d’asile, veut publier son histoire. « Nous sommes dans un système qui nous empêche d’être autonomes. Moi, ça me gêne de vivre des aides. Je voudrais travailler, m’assumer, mais je ne peux pas. Sans papier, tu n’es rien. » F

ode Kaba Tounkara, le garçon qui aime le foot et les copains, a quitté son pays en 2017. En Guinée, il a grandi avec sa mère à Siguiri, ville située au Nord-Est du pays puis dans le village de Boukaria.

 Je me suis battu pour que ma mère accepte que j’aille à l’école. C’est là que j’ai appris le français. J’étais bon en histoire et géographie. Quand je n’étais pas premier, ça me rendait triste. Je voulais poursuivre des études, mais, pour des raisons financières et familiales, c’était impossible. C’est pour ça que je suis parti. »

Un voyage au péril de sa vie

En 2017, Fode Kaba Tounkara entreprend le long voyage vers l’Europe, au péril de sa vie. « Grâce à des amis qui avaient déjà fait le voyage. Mali, Algérie, Libye, Italie. Puis Rennes. Un acte de bravoure et de persévérance pour obtenir ce que je voulais. Pour certains, c’est de la folie. Il faut être à ma place pour comprendre. En Guinée, j’avais des rêves mais pas d’espoir. Toutes ces souffrances m’ont fait grandir, m’ont rendu plus mature, plus fort, même si je n’encourageais personne à faire ce chemin. »

Dans les pages qu’il a écrites et espère voir publier un jour, Fode parle d’injustice, de liberté, d’espoir, de dignité, de valeur humaine, de lutte et d’ambition.

À Rennes, Fode Kaba Tounkara, épaulé par Coallia, logé dans un hébergement pour les mineurs non accompagnés, a entamé des études. « Ça n’a pas été simple. Aujourd’hui, je suis inscrit à Rennes 1, en première année de capacité en droit. Mon souhait est d’avoir une compétence intellectuelle qui pourrait m’aider à être utile pour mon pays. Ce n’est pas en fuyant les problèmes qu’on les vaincra. »

A LIRE AUSSI SUR OUEST – FRANCE

A propos F. Syta Camara

Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

HEZBO-RAP : « AMOUFUCKINGLANFÉ », LE SON EST CAUSTIQUE !

De retour au bercail depuis plusieurs mois, le groupe de rap Guinéo-sénégalais, Hezbo-Rap fait parler …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *