Home / Actualités / Sayon Bamba nous parle de son voyage à Bamako

Sayon Bamba nous parle de son voyage à Bamako

Dans une interview qu’elle a bien voulu nous accorder à distance, la Directrice Générale de l’Agence Guinéenne de Spectacles (AGS), Sayon Bamba nous explique les raisons de son long séjour en terre malienne. Lisez !

1-Vous séjournez depuis quelques jours sur le sol malien. Quelles sont les raisons?

Je suis venue au Mali (Bamako) afin de rencontrer la Directrice Nationale de l’action Culturelle, Mme Haïdara Aminata Sy qui est en charge du secteur des spectacles vivants au Mali. C’est pour un échange interactif dans le but de concrétiser des actions spécifiques pouvant valoriser les spectacles vivants dans nos deux pays.

J’en ai également profité pour rencontrer les responsables de la chaine panafricaine, Africable dont le DG Sory Kaba Diakité et son Conseiller, Diara Mbaye Boubacar. Cette prise de contact est de leur proposer des émissions promotionnelles des artistes Guinéens pour promouvoir et vendre l’image de la Guinée à l’international. Il est important de toujours renforcer ses acquis par des immersions au sein de d’autres structures du même genre pour peaufiner notre expertise dans le but de rehausser le niveau de notre secteur de compétence.

2-Quelle est la portée de cette mission sur le monde du showbiz guinéen?

Ce voyage est le premier de sa série pour mettre en action, notre plan stratégique visant à valoriser le spectacle vivant en Guinée. L’Agence Guinéenne de Spectacles se bat au-delà d’une règlementation des spectacles dans le pays. Et cela, pour la promotion de nos artistes en leur permettant d’intégrer les différents réseaux pouvant permettre à cette branche souvent défavoriser de relever le défi de la qualité. Ce travail est important et renforce la stabilité du showbiz guinéen qui peine à souvent dépasser nos frontières. Nos Artistes sont découragés et tombent parfois dans l’amateurisme puisqu’ils sont persuadés qu’après une représentation unique ils sont capables d’attendre un bon moment avant de retrouver un plateau professionnel. C’est pourquoi notre ministère de tutelle, à travers Mr le Ministre Siaka Barry et le Secrétaire Général Fodéba Isto Kéïra, nous a instruit de mettre tout en œuvre pour travailler au grand retour de nos Artistes dans les festivals et scènes internationales du monde. Ce qui sera profitable aussi bien aux artistes qu’aux producteurs qui investissent souvent à perte, sur nos vedettes nationales.

3-Quelles sont les démarches professionnelles que vous avez déjà entreprises?

Depuis mon arrivée j’ai eu la chance d’être reçu par ma consœur avec beaucoup d’égard. Nous avons échangé sur nos différentes expériences des spectacles vivants, abordant des pistes de solutions visant à arrondir  nos différentes expertises. Je lui ai soumis notre projet « Guinea Urban Tour » qui est un festival itinérant que l’AGS tente de mettre en place dans l’idée de faire tourner nos artistes mais aussi ceux des pays prêts à rejoindre le projet. Il s’agit là de favoriser les tournées sud-sud.

Vous savez que les artistes sont aujourd’hui les premières victimes de ces frontières qui les empêchent de montrer leurs œuvres. Comment voulez-vous qu’ils s’en sortent s’ils n’ont pas la garantie d’un certain nombre de représentations ? C’est l’essence même de notre métier : jouer, rencontrer et échanger avec les différentes populations du monde. Les artistes et leurs œuvres sont les meilleures cartes postales de nos pays et il est donc important de promouvoir ce secteur.

4-quelle est votre lecture du showbiz malien?

Le Showbiz malien semble se porter bien même si j’ai pu constater grâce à l’échange avec la Direction Nationale de l’Action Culturelle qu’il avait aussi son lot de problèmes. Ce qui est important à signaler, c’est que cette visite n’est pas dans l’idée de produire du copier-coller. Je suis venue avec des propositions en faveur de l’échange interculturel dans la continuité de nos liens fraternels et je peux également dire que j’ai trouvé certains éléments pouvant nous aider à valoriser les spectacles vivants dans notre pays. Ce qu’il m’a été permis de constater, c’est que le cahier de charge sécuritaire est presque identique à celui de la Guinée et que les organisateurs s’y plient sans difficultés apparentes.

5-Qu’est ce que ce  voyage vous inspire?

Il m’inspire qu’il faut continuer sur cette lancée de réformer et promouvoir ce secteur tout en faisant un appel aux opérateurs financiers de notre pays afin qu’ils soutiennent d’avantage le showbiz Guinéen. L’exemple du Mali montre qu’avec de l’aide, on peut accueillir de belles manifestations culturelles.

Propos recueillis par Syta pour Afroguinée

 

A propos Fode Sita Camara

Journaliste reporter. Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

GRAND P s’exprime sur la mort de Kerfalla Kanté !

Insolite ! GRAND P n’était pas au courant de la mort de son idole Kerfalla …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *