Home / Culture / SHOWBIZ EN GUINEE : une chose inquiète ! (ALERTE)

SHOWBIZ EN GUINEE : une chose inquiète ! (ALERTE)

Le jet de projectiles est un phénomène qui inquiète et prend de l’ampleur aujourd’hui, dans les spectacles en Guinée. Une pratique effarouche qui échappe à la vigilance des agents de sécurité déployés, malgré en grand nombre sur les lieux de concerts.

Que faut-il faire pour freiner cette habitude terrifiée ? L’interdiction des canettes ? des sachets d’eau et bien d’autres objets compromettants ? Le pire, est que le plus souvent, la régie technique en paye les frais de cette attitude du public, jugée déplaisante.

Ce qui pourrait être la cause…

Le public guinéen semble allergique aux programmations moroses ou des line-up si dégoûtants. Aussi, l’expérience nous montre que ce comportement des spectateurs se justifie par l’effet de l’impatience. L’on constate le plus souvent que la première partie des concerts dure plus qu’il n’en fallait avant la montée sur scène, de la vedette du jour. Ce qui irriterait soudainement cette réaction amère du public.

Les deux derniers spectacles organisés sur l’esplanade du palais du peuple sont des parfaites illustrations. Il s’agit du show de Vegedream et celui de Kaaris où les programmations furent interrompues pendant un bon moment à cause des jets de projectiles. Certains  artistes présents sur scène prennent parfois même des coups.

« Nous vivons une grande peur pendant les spectcales. Nos matériels sont parfois endommagés… Il faut aussi qu’on mette des agents de sécurité autour de nous pour notre protection », sollicite, Alseny Camara « Le Blanc », Cadreur à Cis Tv.

Interpellation

Cette affaire de jets de projectiles ne doit laisser personne indifferente. Promoteurs, autorités et autres acteurs culturels.  N’est-ce pas, l’Agence Guinéenne de Spectacles doit resserrer l’étau ? L’on se rappelle en Juillet 2014, un drame est survenu sur la plage de Rogbanè ôtant la vie à une trentaine d’innocents. Un fait qui selon la justice guinéenne, s’explique par la négligence notoire des promoteurs culturels et autorités en charge du monde du spectacle vivant. Alors, y’a de quoi prendre cette alerte au sérieux et amener chacun à prendre ses responsabilités avant qu’il ne soit trop tard.

Quand la cupidité tue le showbiz guinéen

Le constat est palpable! Le professionnalisme a laissé place à la gourmandise. Nombreux promoteurs culturels se soucient mieux de leurs recettes que d’offrir des spectcales en bonne et due forme. Il ne s’agit point d’annoncer le nombre pléthorique d’agents de sécurité qu’on déploie sur les lieux de spectcales mais, c’est de veiller aussi à la manière par laquelle ils procédent leur intervention.

Syta pour Afroguinée

 

 

 

 

 

 

 

A propos F. Syta Camara

Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

LE FESTIVAL « NOS ARTISTES D’ABORD » LANCÉ SUR UNE NOTE D’ESPOIR !

C’est parti ! En partenariat avec la radio Alpha Blondy FM de la Côte d’ivoire, les structures …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *