Home / Kotidien O Pays / SOMMET MANO RIVER : Alpha Condé à l’épreuve de la diplomatie silencieuse

SOMMET MANO RIVER : Alpha Condé à l’épreuve de la diplomatie silencieuse

Dans le communiqué final du sommet de l’organisation du fleuve Mano qui a réuni ce dimanche à Conakry, autour du président Alpha Condé, ses homologues sierra léonais, Ernest Bai Koroma, ivoirien Alassane Ouattra et libérienne, Ellen Johnson Sirleaf, la place laissée à la crise politique guinéenne était plutôt congrue.

En plus du discours diplomatiquement convenu autour du classique renforcement des liens de coopération et d’amitié et de la nécessaire sécurisation des frontières communes, les quatre chefs d’Etat auront essentiellement évoqué les problèmes qui prévalent au Mali et en Guinée Bissau. En ce qui concerne le premier de ces deux pays, le sommet a vivement encouragé l’accélération du processus de déploiement des soldats de la MISMA alors que pour ce qui est de Guinée Bissau, les présidents visiteurs ont renouvelé leur soutien à la médiation d’Alpha Condé. De la crise guinéenne, il en a donc été très peu question. Du moins officiellement, car dans les faits, il semble qu’elle a largement occupé les débats.

Visiblement, les chefs d’Etat sierra léonais, ivoirien et libérien avaient opté pour une diplomatie silencieuse. En cela, ils avaient à cœur de ne pas passer pour des médiateurs voulant imposer quoique ce soit au président guinéen.

Une méfiance d’autant plus compréhensible que le chef de l’Etat guinéen a une conception quelque peu extrémisme du concept de souveraineté. Le plus important pour les trois dirigeants qui ont séjourné ce dimanche dans la capitale guinéenne était l’efficacité.

Selon nos sources, les résultats de leurs démarches sont largement à cet objectif-là. Ceci étant, le numéro un ivoirien a mis la série des questions réponses à profit pour afficher le plus clairement possible ses préférences pour un scrutin auquel tout le monde prendrait part.

En effet, les autorités judiciaires guinéennes ont, dès le soir du sommet, rendu public le contenu d’un communiqué du ministère de la justice qui a toutes les allures d’un recul du régime de Conakry par rapport à la convocation qui avait adressée à la veille à l’ensemble des leaders politiques de l’opposition. Ainsi, désormais la citation à comparaitre ne concernerait plus les gros bonnets de cette opposition. La parade étant que ce sont les signataires de la lettre d’information relative à la manifestation qui doivent répondre des conséquences qui en auraient résulté.

Par ailleurs, le ministre de la justice a usé de subterfuges juridiques pour renvoyer la comparution en soi à une date qui n’est pas précisée. Là également, le prétexte tout trouvé c’est qu’il ne faut pas cumuler la comparution des militants déjà en détention et celle des leaders qui, initialement, étaient convoqués pour le jeudi prochain. Le sommet de la Mano River Union ne doit certainement pas être étranger à ce relatif adoucissement de la position des autorités guinéennes. D’autant plus lors de la phase des questions-réponses, le président Alpha Condé a pour la toute première fois annoncé le report de fait des élections législatives initialement prévues pour le 12 mai 2013.

Mais comme à son habitude, il pense qu’il ne s’agit d’un report dans la mesure où la date du 12 mai n’était qu’une proposition de la CENI qu’il ne devait entériner qu’après s’être assuré que les conditions techniques pour la tenue d’un scrutin libre, crédible et transparent, sont réunies. Ce qui ne serait visiblement pas le cas une nouvelle fois.

© Boubacar Sanso Barry pour GuineeConakry.info

© Copyright Guineeconakry.info

Visiter le site de: Guineeconakry.info

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de la Publication du Groupe ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Billet : Yaguine et Fodé, martyrs d’Afrique

1999-2014, cela fait 15 ans depuis que Yaguine Koita et Fodé Tounkara ont trouvé la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *