Home / Culture / Conakry : La culture entre revendications et démagogie…

Conakry : La culture entre revendications et démagogie…


La récente rencontre entre le Premier Ministre, Mohamed Said Fofana et les artistes guinéens a été au départ perçue par moult observateurs comme une très belle démarche pour sortir la culture guinéenne de sa léthargie patente. Aujourd’hui,  après constat, il s’avère que la réalité est tout autre. Nombreux guinéens, estiment que les coulisses de cette rencontre ont ressemblé à une sorte de bamboula où la démagogie a primé au grand dam de la culture guinéenne.

Comme cet artiste Abraham Sonty qui est resté sur sa faim. Interrogé par notre Rédaction, le chanteur a affirmé ceci : « La rencontre entre le Premier Ministre et les artistes est un faux débat. Nos amis sont partis là bas pour chercher leur pain, se faire plaire au premier ministre et non pour défendre la culture ».

A signaler qu’Abraham Sonty n’est pas le seul à juger de la sorte cette conclave, il estime que ce mouvement de protestation des acteurs culturels guinéens  frisent à un coup d’épée dans l’eau. Puisque selon nos enquêtes, ils luttent à rangs dispersés.

Aujourd’hui, cela n’étonnerait guère notre Rédaction, puisque les indices de divergence étaient prévisibles dans les propos des uns et des autres au cours du premier point de presse que l’UJACGUI avait organisé au Musée National de Conakry, dénonçant avec véhémence, l’occultation par le Premier Ministre du secteur culturel au cours de son allocution au parlement où il était question d’étaler la politique générale du gouvernement Alpha Condé devant les élus du peuple.

Le Reggae man, Elie Kamano, le Président du REMAG, Siaka Kébé, Abraham Sonty et Maciré Camara de Mass production dans leur propositions respectives, avaient alors sollicité que la corporation culturelle fasse directement recours à la rue sans pour autant céder aucunement à un protocole ou de diplomatie quelconque. Mais par contre, le célèbre guitariste, Petit Condé et d’autres dans leur intervention à ce même point de presse, auraient demandé poliment à ces confrères de chercher à rencontrer d’abord le Premier Ministre pour des fins de négociations et ce qui fut fait.

Rappelons qu’à la Primature, avant la lecture des discours, l’environnement était tout sauf sérieux. Des ovations et l’incantation des griottes comme Aminata Kamissoko ont créé de l’ambiance dans la salle au lieu de présenter un visage sérieux au premier ministre. Comme pour dire qu’une personne en colère, garde toujours le visage ridé. l’on se demandent maintenant à quoi serviront ces 18 points de revendications ?

Fodé Sita

www.afroguinee.com

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Diaspora : Des opérateurs culturels guinéens divisés !

C’est une situation qui écœure plus d’un dans le milieu culturel guinéen. Des acteurs qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.