Home / Actualités / INTERVIEW EXCLUSIVE : Rencontre avec MALICK KEBE à Paris

INTERVIEW EXCLUSIVE : Rencontre avec MALICK KEBE à Paris


Le bouillant Directeur Général de l’Agence Guinéenne de Spectacle, Malick KEBE, s’est prêté à nos questions à Paris pour une interview. A travers cet entretien l’homme à tout faire du Spectacle en Guinée, nous parle des nouveaux défis et perspectives de sa Direction Nationale tout en levant le voile sur l’actuelle fâcheuse question du manque de créativité des artistes chanteurs du folklore de son pays. Entretien culturel.

Bonjour Mr KEBE,  comment ça va ?

Malick KEBE : Bonjour mon frère ! Ça va ! Dieu merci. Je vais bien.

Ces derniers temps, vous voyagez très souvent vers l’Europe,  quelles sont les raisons de cette énième visite à Paris ?

Malick KEBE : D’abord,  je voudrais vous remercier de m’avoir tendu votre micro, pour vous expliquer les raisons qui m’amènent encore une fois de plus en France. C’est simple, c’est purement culturel. Je suis là pour appuyer la culture guinéenne, pour faciliter la mobilité des artistes guinéens dans le monde, notamment en France. En ma qualité de directeur général de l’Agence Guinéenne de Spectacle, j’interviens en appui aux artistes guinéens pour les permettre de tourner en Afrique, en Europe et un peu partout dans le monde. C’est ce qui m’amène souvent ici, pour rencontrer des partenaires dans le cadre des projets culturels permettant aux artistes guinéens de se faire valoir et de faire la promotion de la culture de notre pays.

Cela fait 3 ans que vous êtes à la tête de l’Agence Guinéenne de Spectacle. Peut-on savoir à l’heure actuelle, quels sont les défis majeurs et les perspectives de cette Direction ?

Depuis ma nomination à la tête de cette structure, nous avons tenu à redorer le blason de l’Agence Guinéenne de Spectacle ( AGS) et le Spectacle en Guinée, où il régnait, autrefois, une pagaille totale. Donc, avec le concours de tous les opérateurs culturels du pays et des travailleurs de l’AGS, on a initié des séries de formations pour plus de professionnalisme dans le domaine du spectacle. Cela a permis d’améliorer la prestation des artistes guinéens, à faire venir des artistes étrangers mais aussi à encourager davantage les spectateurs à venir de plus en plus nombreux, assister aux différents évènements culturels.

Coté perspectives, nous avons en vue la relance effective des ballets nationaux et des Ballets Africains de Guinée. Parce que nous avons constaté que depuis un certain temps, tout ce qui est ballet est relégué au second plan. Et donc, au niveau de l’AGS, nous avons lancé un projet qu’on appelle : ‘’ Fier D’être Guinéen’’. Ce projet consiste à mettre sur scène chaque mois sur une durée d’une année, un ballet de renom pour pouvoir permettre à cette grande expression culturelle de revenir sur scène.

Dans les années 60 -70, comme vous le savez, ces ballets ont vendu la belle image de la Guinée en affirmant notre identité culturelle sur tous les toits du monde. Pour ton information, les premiers fonctionnaires guinéens ont été payés par le cachet des ballets africains de Guinée. Et aujourd’hui, c’est dommage de voir ces ballets africains mourir en Guinée.

Aujourd’hui, on donne l’impression que les différentes créations de ces ballets sont faites pour l’extérieur ou pour des blancs alors que nous devons être d’abord les premiers consommateurs de nos produits culturels. D’où l’idée de les mettre en scène par des concerts gratuits pour que les gens reviennent à la source et que la jeune génération découvre cette énorme richesse culturelle.

 Et à l’heure, quels sont les défis majeurs de l’Agence Guinéenne de Spectacles ?

Le défi majeur de l’AGS, celui qui a été certainement le défi de tous les directeurs qui se sont succédés à la tête de l’AGS, c’est bien la construction d’un véritable Palais de la Culture. Le pays n’en a pas et cela va être une très bonne chose de mettre ça sur pied. Egalement comme défis, cela est un d’ailleurs grand problème, nous avons un besoin incessant de formation des cadres de l’Agence Guinéenne de Spectacle, des opérateurs culturels, des hommes de scènes et des musiciens. Pour cela nous avons besoins des moyens et du soutien de l’Etat.

Récemment, l’un des conseillers du ministre de la culture affirmait par voie de presse, qu’il y a un net recul de la création artistique dans notre pays et à même parler de ‘’ musique alimentaire ‘’ faisant allusion aux chanteurs guinéens. Quelle est votre réaction ?

C’est bien vrai ! Il a bel et bien raison ! Depuis un certain temps, les chanteurs guinéens qui font du folklore ou de la musique populaire se sont trompés de route. Ils chantent pour des miettes,  et font des dédicaces aux gens.  Quand vous prenez un album de 12 titres, 10 titres sont dédiés à telle ou à telle personne. A Paul ou à Pierre… En réalité, cette musique n’apporte absolument rien à la société, elle ne contribue en rien au changement de comportement des citoyens ni pour autant lutter contre les fléaux sociaux qui rongent nos pays africains.

Ils (ndlr : les chanteurs) pensent tous à remplir le Palais du Peuple pour avoir la clé d’une voiture ou d’une maison et quelques liasses de billets de banques.  Alors que quand tu chantes la paix, la joie ou l’amour, quand tu conscientises ou quand tu t’engages dans un combat social, c’est le monde entier qui se sentira concerné par ton message et ta musique. Mais tel n’est pas le cas aujourd’hui chez nous, c’est bien dommage.

Pour autant, l’artiste ne doit pas se détourner de son credo d’adoucir les mœurs ni de sa mission essentielle d’éducation, de lutte contre les faits et méfaits de la société et de transmission culturelle. Les artistes guinéens doivent se rappeler qu’ils sont surtout des leaders d’opinions et que leurs voix comptent pour changer notre société et valoriser notre culture. Cela est extrêmement important !

Qu’ est-ce que vous pensez de ces nombreux évènements qui foisonnent en Guinée, visant à récompenser des chanteurs guinéens dans différentes catégories ?

Moi je pense que c’est une bonne chose de récompenser le travail bien fait d’un artiste. Mais par contre, ce que je déplore, que ça soit des récompenses de complaisances, de copinages ou de favoritismes. Nous devons tous lutter contre ça. Aujourd’hui, l’artiste PETIT KANDIA a reçu le Djembé D’Or du meilleur artiste guinéen, personne n’a contesté, parce qu’il le mérite. Quand tu récompenses sur le mérite, cela amène d’autres personnes à mieux travailler. Donc, je soutiens que les prix et récompenses doivent être justes et basés sur des critères de choix très rigoureux. Il faudrait élargir par exemple les cérémonies et les trophées de récompenses sur toutes les expressions culturelles du pays comme la danse, la littérature, le théâtre, la sculpture, le cinéma,…et bien d’autres.

Le concert du groupe parisien SEXION D’ASSAUT a failli être  annulé à Conakry pour des questions d’écritures ou d’orthographes. Quel est votre opinion face à ce sujet ?

C’est juste une incompréhension. Et une solution a déjà été trouvée par son Excellence Monsieur le Ministre de la Culture et du Patrimoine Historique, donc je ne vois vraiment pas d’utilité à revenir sur ce sujet. Je confirme en ma qualité de Directeur Général de l’Agence Guinéenne de Spectacles, que le concert du groupe SEXION D’ASSAUT aura bel et bien lieu le 16 février 2013 sur l’esplanade du Palais du Peuple.

Merci d’avoir accepté cette interview…

Non ! C’est moi qui vous remercie pour votre grand travail et vos efforts pour promouvoir la Culture africaine de Guinée. Tous mes encouragements, Bon vent à Afro Guinée Magazine. Merci beaucoup.

Propos recueillis par Aboubacar M. CAMARA 

www.afroguinee.com

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Inédit : Diamond Platnumz en duo avec Alicia Keys !

La méga star Alicia Keys,  a annoncé sa collaboration avec le tanzanien Diamond Platnumz, la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.