Home / Actualités / Afro-Club, le hit des platines avec MHD, Safary et Mink’s

Afro-Club, le hit des platines avec MHD, Safary et Mink’s

Le groupe afropop sénégalais Safary et les chanteuses Sonia et Brandy Moja.

L’Afro-Club vous souhaite la bienvenue en ce début du mois de juin avec, dans le hit des platines, Fanicko & Suspect 95, Kidum & Mo’W Kanzie, Niyi Kosiberu & Tgang Le Technicien, Aya Nakamura, Safary, Brandy Moja & Sonia, MHD et enfin Mink’s.

Au Cameroun, Mink’s sort l’artillerie lourde pour son nouveau titre Maillot jaune
Le 20 mai dernier, Mink’s a surpris tout le monde avec son nouveau titre Maillot jaune, sorti sans publicité. Il a directement captivé l’attention du public avec ce concentré de punchlines surprenant, au risque de nous répéter. Dans un texte de rap bien fort, il a aligné des phrases percutantes. « Tu veux me connaître pourtant je ne t’ai jamais vu réviser tes leçons » ou encore « Y’a même pas de chaises dans votre piaule et c’est toi qui dit vouloir me mettre à ma place ? ». Aussitôt, les commentaires du public et de la critique ont fusé et c’est plutôt positif. Cela va sans dire que Mink’s a signé là un retour très remarqué alors que ses détracteurs l’annonçaient comme « has been ». Maillot jaune est aussi l’occasion pour l’artiste camerounais d’annoncer la parution de son album Urban Bantou le 18 juin prochain. Un opus de 15 titres et pas moins de 3 collaborations notamment avec Magasco, Blaise B et le groupe X-Maleya. Entrée en matière réussie pour Mink’s et cet album à venir.

Retour bouillant pour le rappeur MHD avec Afro Trap part. 11 (King Kong)
Après plus de deux ans d’absence suite à des ennuis judiciaires, il aura suffi de 2 minutes et 34 secondes à MHD pour effectuer un retour en puissance avec brio. Comme dit le dicton, c’est dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes. MHD a donc repris la recette de sa série Afro Trap qui l’a révélé au public alors qu’on la croyait clôturée à tout jamais avec la partie 10 Moula Gang parue en 2018. C’est donc au tour de la partie 11 intitulé King Kong de faire danser le public. Le clip très bien réalisé par Fred De Pontcharra nous transporte dans plusieurs décors tantôt 2D ou 3D dans lesquels MHD demeure systématiquement le héros. On le sent plus déterminé que jamais et d’ailleurs, il en profite pour mettre les choses au clair. « J’suis jamais parti, sale fou, c’est l’retour du petit prince qui baise tout. J’encaisse tout et rends coup pour coup, sur la télé de ma cellule, j’vois ma tête partout. » avant d’ajouter : « L’Afro trap a son padre, j’ai vu des mini-moi mais ça s’voit qu’c’est du calqué.«  Attention chaud devant ! MHD a faim et il compte bien occuper le devant de la scène pour le restant de l’année… au moins.

Au Sénégal, les trois filles de Safary invitent Brandy Moja et Sonia sur Nioun Laa 
Khadija, Maria et Defa que l’on surnomme les Pop Queens de la musique sénégalaise marquent le coup pour leur grand retour après une absence prolongée. Changement de style pour Safary qui invite Sonia, une star des séries Novelas version sénégalaise et Brandy Moja, artiste originaire du Sénégal, de la Guinée et du Liberia. Ensemble, elles ont créé le label 100% féminin No Limit Music. Brandy Moja, de son vrai nom Makalé Brandy Diop, s’intéresse à la musique et à l’art en général depuis qu’elle a 12 ans alors qu’elle vit encore au Liberia. À 19 ans, elle s’installe dans son pays d’origine, le Sénégal, et sort son premier single Don’t Want Smoke en 2019 en tant qu’artiste indépendante. 2021 est l’année de la construction panafricaine car elle signe avec le label No Limit Music et collabore donc avec ses productrices Safary. Elle prépare actuellement un EP de 8 titres qui sera bientôt disponible dans les bacs. Sonia qui s’est fait connaitre dans des séries sénégalaises, a révélé ses talents de chanteuse dans son premier tube Criminal Love qui flirte avec les 4 millions de vues sur YouTube. Elle prépare également son premier opus pour la fin de l’année. Vous l’aurez compris, No Limit Music est un label 100% féminin et nous, dans l’Afro-Club, on encourage cette initiative.

Aya Nakamura signe-t-elle le futur tube de l’été avec Bobo ?
Comme elle le fait depuis trois ans maintenant, Aya Nakamura inaugure la période estivale dans l’hémisphère nord avec une nouvelle chanson à succès dont elle a le secret. Le 27 mai dernier, la star franco-malienne a dévoilé le clip de Bobo, son nouveau titre qui dépasse déjà les 3 millions de vues sur YouTube. Le rythme de ce morceau est différent de celui de Djadja, de Pookie ou encore de Jolie Nana. Mais force est de reconnaître que cette douce ambiance est propice à se prélasser au soleil. À 26 ans, Aya Nakamura possède déjà une carrière solide et il faut admettre que Bobo résonne comme un hymne de l’été 2021. Vous passerez un agréable moment à l’écoute de sa voix sur cette chanson qui s’adresse une fois de plus à la gent masculine. « Soit tu me comprends sinon tu tailles (tu tailles). Soit j’me taille ou tu captes » clame-t-elle fièrement avant de chanter en refrain : « Chéri coco, fais-moi mmh, mmh (mmh, mmh). J’veux le bifton pas de bobo (le bifton) ». Des paroles suggestives que l’on retient et qui seront sûrement chantées durant toutes les vacances.

Le Béninois Niyi Kosiberu prend la vie du bon côté dans Jayé en duo avec Tgang Le Technicien
Vous découvrez peut-être le rappeur béninois Niyi Kosiberu, actif dans la musique depuis 2014. Ce natif de Cotonou a grandi au Bénin, entouré de sons et de rythmes traditionnels. À l’âge de 17 ans, il se lance dans une carrière musicale au sein du groupe de rap Kaïra, formé avec un collectif d’amis. À l’issue de cette première expérience, entre freestyle et textes de rap acerbes, il se lance en solo et concentre désormais sa musique sur le chant et la mélodie. Dès lors, tous les projets qu’il met sur le marché trouvent rapidement un écho auprès du public béninois comme ce fut le cas pour le titre I Love You, dont la première version, chantée en anglais, est sortie en 2014. En l’an 2017, il sort son premier album, Idunu (qui signifie « le bonheur » en yoruba). Un mélange de sonorités acoustiques, africaines et tonalités urbaines et dans lequel il remixe le titre I Love You au côté de la chanteuse Sessimé. Installé à Paris depuis quelques années, il sort en 2020 le titre No Way en pleine pandémie de coronavirus. En fervent défenseur de l’afro-hip hop, il fera son retour dans son pays natal en 2021 pour se consacrer aux rythmes traditionnels, spécifiquement fon et yoruba. Et ça donne Jayé en duo avec Tgang Le Technicien dont le clip censuré Inside Life a fait grand bruit l’an dernier. Attention, c’est réservé à un public averti.

Kidum, le chanteur burundais vivant au Kenya, de retour avec Ndapfuha au côté de la chanteuse Mo’W Kanzie
Né au Burundi en 1974, Jean-Pierre Nimbona, plus connu en Afrique de l’Est sous le nom de Kidum, a fui son pays en 1995 après la guerre civile. Il s’est installé au Kenya où il s’est lancé plus tard dans une carrière musicale couronnée de succès. Fervent artisan de paix dans son pays d’origine, il a participé en 2001 à un concert géant de réconciliation à l’invitation de l’ancien président burundais, Pierre Buyoya. Le président rwandais, Paul Kagame, l’a également invité à un concert pour la paix. Kidum est réputé pour ses chansons populaires que l’on pourrait qualifier de variété afropop. Malgré son exil, il garde toujours un lien fort avec le Burundi à bien des égards. Vivant au Kenya, il aspire à l’avenir à jouer un rôle plus important dans le développement des secteurs socio-économiques de son pays. Il a notamment investi dans l’agriculture locale. Pour le titre Ndapfuha, il a d’ailleurs invité la chanteuse burundaise Mo’W Kanzie, de son vrai nom Monna Walda Kaneza. Preuve qu’il reste connecté à ce qui se fait chez lui.

Le Béninois Fanicko a invité l’ivoirien Suspect 95 sur le très dansant Faut pas me déranger
Fanicko vient de mettre en ligne la vidéo de sa collaboration avec Suspect 95, une chanson dont la version audio est disponible depuis l’année dernière. À ne pas confondre avec Faut pas m’embrouiller du même auteur paru en 2017. Mieux vaut tard que jamais donc pour Adjanohoun Fanick Olivier qui, à tout juste 29 ans, a su s’imposer comme un artiste incontournable de la musique urbaine de son pays. Toujours signé au sein du label Blue Diamond, Fanicko avait déjà frappé fort un peu plus tôt dans l’année avec le titre On ne force pas l’amour en duo avec sa compatriote Zeynab et publié en février dernier. Il espère réitérer cet exploit en invitant Suspect 95 sur ce nouveau single Faut pas me déranger qui, malgré une belle affiche, peine à décoller sur YouTube. Il faut noter pour sa décharge, que le titre n’est disponible que depuis le 29 mai dernier. Un peu de patience, il va certainement trouver son public au bout d’une semaine d’exploitation.

Tous les titres de cette sélection sont à écouter dans la playlist de DJ Face Maker sur Deezer & Spotify et à regarder sur YouTube avec RFI Musique.

Par : Hervé Mandina
RFI MUSIQUE

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

DJ Youcef Feat. Soul Bang’s & Manamba – »Yèkè Yèkè »

Remix ! Cela a pris du temps, mais c’est enfin fait. Soul Bang’s et Manamba …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.