Home / AfroPeople / Alicia Keys, nouvelle icône du naturel

Alicia Keys, nouvelle icône du naturel


Quatre ans après son dernier album Girl on Fire c’est une Alicia Keys en paix avec elle même qui nous présente Here une ode aux valeurs fondamentales.

30 octobre 2016. C’est via son compte Twitter qu’Alicia Keys décide de dévoiler la tracklist de son nouvel album. Un texte laconique envoyé en message privé à ses fans, une annonce toute en simplicité, à l’image de son album, sobre et profond.

Here, l’album de la renaissance

Exit les références à la gargantuesque ville de New York, disparus les pouvoirs « Un-thinkable » du clip « Try to live with a broken heart », la Superwoman est devenue une « simple woman », spirituelle dans « The Gospel », humaniste dans « Kill Your Mama » et mère comblée dans « Blended Family ».

Dans ce titre Alicia Keys évoque un sujet qui lui tient à cœur, celui de la famille recomposée. Le clip qui l’accompagne laisse apparaître son mari Swizz Beatz, leurs enfants et plus particulièrement aussi Kasseem, fils que le producteur a eu avec son ex Mashonda également présente dans le vidéoclip.

Une femme épanouie donc, des visuels monochromes et volontairement épurés, mais aussi et surtout une nouvelle philosophie qui se résume en deux mots « le no make-up ». 

« Je ne veux plus me couvrir à nouveau. Ni mon visage, ni mon esprit, ni mon âme, ni mes pensées, ni mes rêves, ni mes combats, ni mon essor émotionnel »

Ce 28 mai 2016 à Milan se joue la finale de la prestigieuse Champion’s League. En marge de ce match des étoiles, Alicia Keys est invitée à ouvrir la cérémonie en interprétant son titre fétiche « Empire State of Mind ». Le cérémonial est le même pour la girl d’Harlem, son piano surplombe la pelouse de San Siro, un simple micro ornant le pupitre. Toutefois un détail interpelle l’audience et les téléspectateurs. La maitrise vocale est parfaite, la mélopée enivrante mais le visage d’Alicia Keys semble différent…nu.

Devant un public médusé la chanteuse se présente sans maquillage. Une manière pour elle de se dresser contre les diktats de la beauté mais surtout d’encourager les femmes à s’émanciper, une philosophie qu’elle explique lors d’une interview récente avec le site Lenny Letter : « Avant de travailler sur mon nouvel album, j’ai listé toutes les choses que je ne voulais plus faire. Et l’une d’elle, c’était de voir à quel point les femmes subissent un lavage de cerveau pour leur donner l’impression qu’elles doivent être minces, sexy, désirables ou parfaites. (…) Je ne veux plus me couvrir à nouveau. Ni mon visage, ni mon esprit, ni mon âme, ni mes pensées, ni mes rêves, ni mes combats, ni mon essor émotionnel. Rien »

Alicia Keys

Cette prise de conscience revêt des airs de liberté pour la chanteuse de 35 ans, un ascétisme qui tranche clairement avec l’image « showbiz », clinquante du monde du hip hop dans lequel elle a toujours baigné. Qu’il est loin l’époque où la jeune Alicia Augello-Cook découvrait l’industrie musicale et que le monde entier était en train de « Fallin’ » in love de son timbre de voix…

« Je savais que nous préparions quelque chose de fort »

Nous sommes en 2001 le monde de la musique tombe sous le charme d’une jeune fille à la beauté naturelle, métisse au visage innocent laissant transparaître une certaine candeur, amplifiée par cette coupe en natte collé, déjà simple….mais déjà star.

A l’occasion de la sortie de son premier album Songs In a Minor, TRACE qui est alors LE magazine référence de la culture urbaine (un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître) est allé à la rencontre de la girl d’Harlem. Devant l’objectif d’Ellen Von Unwerth c’est une Alicia insouciante qui nous offrira un cliché qui restera dans les annales. En savoir plus sur TraceTv.fr…

trace-alicia-keys-2001

 

 

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Tupac Shakur toujours vivant ? Le rappeur aurait simulé sa mort selon une incroyable théorie

Le 13 septembre 1996, Tupac Shakur, de son vrai nom Lesane Parish Crooks, nous quittait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.