Home / Actualités / Drame de Rogbané : Que reproche-t-on à Malick Kébé ?

Drame de Rogbané : Que reproche-t-on à Malick Kébé ?


En Guinée, c’est scandaleux ce qui se passe après le Drame de Rogbané ! Après les morts , le  drame dans le subconscient, chacun se tire le drap. L’Etat guinéen irresponsable se cache derrière des boucs émissaires pour se sauver la face. De qui se moque-t-on ?

Pour moult observateurs, la suspension rapide de Malick Kébé, Directeur de l’Agence Guinéenne de Spectacles au lendemain du drame de Rogbané a été une décision très aléatoire prise à la hâte par la Présidence de la République l’indexant du coup comme un des responsables de cette tragédie. Alors qu’après les dernières révélations, la vérité est tout autre. L’Etat et ses services publics, de sécurité et de protection civile ont totalement fuit leur responsabilité dans cette affaire qui endeuille encore la nation guinéenne. Un échec lamentable qui corrobore avec la déliquescence de l’Etat guinéen où la mal gouvernance et l’amateurisme foulent du pied les principes de la république. C’est tout simplement Honteux !

Qu’a fait Malick Kébé pour être en garde à vue au PM3 ? Si ce n’est de délivrer les documents légaux et les autorisations légales pour l’organisation du concert du 29 juillet 2014 à la plage de Rogbané. De surcroît, il ne gère ni la plage Rogbané ni la sécurité dans un quelconque spectacle ni moins encore ne peut donner l’autorisation de réouverture des Plages de Conakry. Alors, pourquoi donc lui jeter l’opprobre ?

Une chose reste claire , celui qui a donné l’autorisation de la réouverture des plages de Conakry sans pour autant tirer les leçons de ce qui s’est passé le 1er janvier dernier à Lambanyi, est le principal responsable de cette tragédie. Même si la structure MLP est nettement passée à coté dans l’organisation de ce concert événement Banlieuz’Art- Instincts Killers. Toutes les responsabilités doivent être situées avec une justice saine et équitable. Pour que plus jamais , des jeunes guinéens ne mourussent de façon délibérée et dans des circonstances inacceptables.

De l’absence inadmissible des forces de l’ordre….

Les forces de l’ordre (policiers, et gendarmes) étaient quasi inexistantes à la plage Rogbané alors qu’ils sont sensés plus que tout autre corps à assurer la sécurité physique et morale des spectateurs. Pourtant, les organisateurs, la structure MLP, avaient adressé des lettres d’informations respectivement au Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, au Haut- Commandement de la Gendarmerie et à la Commune de Ratoma sans compter que le Gouvernorat de la Ville de Conakry étaient également informé de la ténu de cet événement.

Aujourd’hui, après ce drame, l’écrasante majorité de la population guinéenne trouve inadmissible qu’aucune force de l’ordre ne soit présente sur les lieux pour à la fois sécuriser et même anticiper en cas de danger imminent. A qui donc la faute ? Où étaient les services publics quand les organisateurs ont appelé maints fois au secours face à l’affluence des spectateurs ? Et quel bidasse aurait tiré des coups de feu ameutant la foule ?

De la réouverture des plages et de la sécurité des spectateurs…

De sources concordantes, quand le Gouverneur Sékou Resco avait fermé les plages après les morts sur la Plage de Lambanyi du 1er janvier 2014, c’est Sanoussy Bantama Sow, actuel Ministre des Guinéens de l’Etranger qui aurait levé cette interdiction. Cette information restant à vérifier puisqu’elle est lourde de conséquences, les enquêtes se poursuivent pour situer les véritables responsables.  A l’heure où le gouverneur de Conakry, Les ministres concernés se rejettent la faute, on se demande quand est ce que la vérité va jaillir. Dans ce cas de figure, le gouverneur de Conakry, le Ministre Bantama sow, le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Baldé , Haut- Commissaire de la Gendarmerie, le Chef de quartier de Ratoma, Levis Saint Etienne, l’administrateur de la Plage de Rogbané, Habib Diallo et consorts devraient tous être interpellés et entendus dans cette affaire.

D’ailleurs, après les morts de la plage de Lambanyi, l’ordonnance 025 du 08 février indiquant la réouverture des plages et centre de loisirs de Conakry a été signé par qui ? Le gouverneur Resco ou quel ministre? Si cela n’était pas effectif, pourquoi des ministres de la république pouvaient se permettre de se pavaner en avril sur une plage de Conakry pour un événement culturel notamment le Festival Manifest qui s’est tenu du 21 au 24 avril sur la même Plage de Robgané ?

Qu’a fait Soriba Sorel l’actuel gouverneur de Conakry quand les spots et affiches publicitaires de l’événement Banlieuz’Art- Instinct Killers se relayaient à grande échelle à Conakry ? Quelles ont été les dispositions prises par le gouvernorat de Conakry pour la protection et la sécurité des citoyens à l’annonce de cet événement culturel  majeur dans sa zone administrative ? Autant de questions qui enfoncent l’Etat guinéen dans son manque criard de responsabilité à gérer la chose publique ainsi que dans le respect de ses décisions allant dans le sens du bien -être, de la sécurité et de la protection de ses citoyens.

Le concert : un flop organisationnel avec une marée humaine insaisissable

Le concert BLZ- Instinct Killers restera en mémoire en Guinée avec à la fois son côté funèbre engendré par une tragédie qui a coûté la vie à 34 jeunes guinéens mais aussi le concert qui a connu la plus grande affluence du jamais vu à Conakry. Cet événement a refoulé du monde venu des 4 coins de Conakry. Un flux de spectateurs qu’aurait pu être contrôlé ou limité par les organisateurs afin de pallier à la tragédie. A cela s’ajoute une mauvaise gestion du temps et un cordon sécuritaire inefficace composé de bodygards ( service de maintien d’ordre) à l’allure de loubards. Un fardeau lourd que le MLP Boss traînera sur la conscience, toute sa vie.

Le concert prévu pour 14H, n’a démarré que plus tard avec les Instincts Killers qui ont ouvert le bal à 19H et le show a été interrompu dans les bandes de 21H. Déjà les bousculades avaient commencé quand le groupe Banlieuz’Art avait fait son entrée dans l’enceinte de la Plage de Rogbané aux environs de 18H. Devant une foule déchaînée restée dans une longue attente avant la montée de leurs idoles sur scènes, rien n’était négociable. L’on ne maîtrisait plus rien. Ça a débordé comme un torrent de laves ! La console du son et les techniciens placés en face du podium à environs 15 mètre, ont été chassé pour aller trouver refuge au coin du podium. Des jets de pierres et de bouteilles de jus ont fait le reste. Des coups de feu qui retentissent venant d’on ne sait où ont aussitôt mis le feu aux poudres. Débandade et bousculades sur la plage. Tragiques constats : Des morts et des dizaines de blessés.  La nation est en deuil.

C’était le spectacle de l’horreur !

Aboudy Camara

www.afroguinee.com

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Inédit : Diamond Platnumz en duo avec Alicia Keys !

La méga star Alicia Keys,  a annoncé sa collaboration avec le tanzanien Diamond Platnumz, la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.