Home / Culture / Flash-Back : Kemo Sano entre art et magie du rythme.

Flash-Back : Kemo Sano entre art et magie du rythme.


Décédé le 25 mai 2006 à Conakry des suites d’un diabète chronique alors qu’il préparait un gigantesque projet de festival axé sur le folklore, le ballet, le théâtre et la musique en Guinée ; Kemoko Sano reste l’un des hommes de culture africains les plus inspirés de ces dernières décennies.

 9ans après sa disparition , le plus attitré des directeurs artistiques des Ballets Africains de Guinée, laisse derrière lui un immense vide artistique difficile à combler à travers le monde des arts.

Retour sur un segment de sa biographie qui sert encore de bréviaire pour la future génération d’artistes enracinés dans la culture africaine.

Pendant près de quarante années, il a dirigé de grands ensembles de musique et de danse de Guinée dans les rendez-vous régionaux, nationaux, et internationaux, commençant par la Troupe préfectorale de Macenta en 1960, les Ballets Africains, Le Ballet National Djoliba de 1973 vers 1986 et depuis Les Merveilles de la République de la Guinée, sa compagnie privée, pour laquelle il avait préparé et fait de nouveaux spectacles, qui lui ont permis de tourner au Ghana, en Europe, aux Etats-Unis, au Mexique, en Colombie, et en Australie.

Kemoko Sano a formé certains des plus meilleurs artistes guinéens de la génération après l’indépendance guinéenne en 1958, y compris le directeur et la plupart des sept membres originaux du groupe  »Percussions de Guinée », qui a voyagé à travers le monde ces dernières années dans la revue « Afrique Oyé » et Mamady Kéita, le  »Djembefola » résidant actuellement à Bruxelles.

Au moment de son transfert à partir du Ballet National Djoliba aux ballets Africains, il a été invité à choisir les dix meilleurs musiciens et danseurs à partir de l’ancienne troupe et de rejoindre les Ballets Africains.

Les projets internationaux de Kemoko Sano ont été de plus en plus divers depuis 1989. Il a joué le doundoun montant seize mètres au-dessus des Champs Elysées, sur une pyramide de 115 percussionnistes guinéens sur un flotteur en « La Marseillaise, » grace à l’extravagance du défilé de soirée conçue par Jean-Jean-Paul Goude pour la célébration du bicentenaire de la révolution française en 1989.

En 1991, il a été invité par le directeur du Koteba, Souleymane Koly, d’origine guinéenne à collaborer comme directeur de la percussion sur une production de  »Waramba », l’Opéra Mandingue » pour sa troupe qui fit sa première internationale à Paris octobre 1991 et aux ses Etats-Unis, en première, à Atlanta en juillet 1994.

Kemoko Sano a enseigné au cours d’un atelier d’exécution à l’université de l’Etat de San Francisco au printemps 1994. En mars 1994 il est à Los Angeles pour aider Debbie Allen, en intégrant deux de ses danseurs dans sa chorégraphie.

Né en 1942, Kemoko Sano a eu une éducation traditionnelle dans un village près de Macenta, dans la région de forêt de la Guinée. Son  »nom légal » est Mohamed Kémoko Sano, mais son nom d’artiste a toujours été Kemoko Sano. Et même tout simplement Kémo. Bien que plusieurs des artistes qu’il a formés aient émigré en Europe ou aux Etats-Unis, Kemoko Sano continuent à vivre et fonctionner dans la Guinée. Après un séjour américain réussi, il a décidé de revenir s’installer en Guinée pour redynamiser les ballets Les Merveilles de Guinée.

Il a passé aux membres de sa troupe le legs culturel dont il a hérité dans des répétitions quotidiennes. Sa mémoire à jamais restera.

Kémoko Sano, veut émerveiller l’Afrique !

Kémoko Sano, danseur, chorégraphe, metteur en scène guinéen, a convié les journalistes à une conférence de presse, le 4 mai dernier (ndlr : mai 2006) à son domicile sis à Sangoyah, commune de Matoto. L’artiste qui dirige la compagnie « Les Merveilles d’Afrique », a annoncé le lancement d’un festival axé sur le folklore, le ballet, le théâtre et la musique, en janvier 2007. Ce sera également l’occasion de célébrer les 20 ans des « Merveilles d’Afrique ».

Kémoko Sano est un artiste talentueux. Après avoir passé 13 ans au Ballet Djoliba et 14 ans aux Ballets Africains, en 1996, il a pris sa retraite. Trois mois plus tard, il crée « Les Merveilles de Guinée ».

Son premier spectacle, offert au Palais du Peuple, avait tellement éblouit les spectateurs, qu’on lui a suggéré d’appeler son groupe « Les Merveilles d’Afrique ». Et c’est parti pour une grande aventure avec des jeunes qu’il a récupérés dans la rue et dans les différents quartiers. « J’ai cherché partout des contacts. Je suis allé enseigner la danse africaine de Guinée aux Etats-Unis, en France, au Canada,bref un peu partout dans le monde. C’est le fruit de cette grande expérience qui m’a poussé à créer les « Merveilles de Guinée », témoigne Kémoko Sano. Qui ajoute qu’un artiste ne se fatigue pas. « C’est une bibliothèque vivante. Nous devons contribuer à faire rayonner notre folklore national.

Aujourd’hui, nos instruments traditionnels sont en train de se perdre. Nous devons remettre nos enfants sur le chemin de nos traditions culturelles. A travers les ballets, nous faisons rayonner notre culture dans le monde entier », commente l’ancien directeur de la chorégraphie des Ballets Africains.

Père de 28 enfants, Kémoko Sano héberge des dizaines d’autres, à son domicile de Sangoyah. Des artistes viennent d’un peu partout, à travers le monde, pour apprendre la danse, dans son école. Mais aujourd’hui, l’artiste est frappé par l’âge. Il souffre d’un diabète et ne peut plus à lui seul soutenir tout ce beau monde. Il souhaite que Les Merveilles d’Afrique soient constitués en administration. Afin que les artistes puissent tirer le maximum de profit de leur art.

En tout cas, le répertoire que les danseurs ont présenté aux journalistes est très riche et varié. En dix minutes de spectacles, tam-tam, balafon et percussions ont résonné de plus belle. Tout cela chapeauté par le défile des masques, avec le chant du Mandinka. Preuve que Kémoko Sano, malgré la maladie et la fatigue, a encore plus d’une corde dans son arc.

DISPARITION : Le grand chorégraphe Kemo Sano n’est plus

Deux semaines seulement après la commémoration du deuxième anniversaire de la mort de Italo Zambo, directeur des Ballets Africains de Guinée, c’est le célèbre chorégraphe Kémo Sanoh des même Ballets qui vient de tirer sa révérence. En effet, on a appris dans la journée du jeudi, 25 mai que Kémo Sanoh est décédé dans la nuit du mercredi, 24 mai des suites d’une courte maladie à l’hôpital Donka….

Une synthèse de Aboubacar M. CAMARA avec www.guineeconakry.info

[youtube id= »bpjUY5xUlUg » width= »600″ height= »350″]

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Diaspora : Des opérateurs culturels guinéens divisés !

C’est une situation qui écœure plus d’un dans le milieu culturel guinéen. Des acteurs qui …

3 Commentaire

  1. Cedric Frank Stephens,Sano

    The thing is today we need to educated the artist from Guinee and give more info about how to right by being a artist & what there job stands for. There is not alot of that going on in Conakry. Yes I love the art & culture because of doors been open by my father of the arts & culture Mohamed Kemo Sano. He told me to take care of my family from Guinee & the U.S. where I’m from born & raised. Guinee is a rich country & do not understand why they don’t support the artist. The artist get to a point where they don’t honor there visa & leave to support there family to never return. So me as an a american trying to make that change to teach them what they are worth is a great deal. People tell me when I was there, you are from Guinee based on my heart & how I feel about the culture in life. In my mind I think in my family history I am. I love my spirit of who I am! I am Papa Kemoko Sano’s dream of what it should be!

  2. Cedric Frank Stephens,Sano

    La chose est, aujourd’hui, nous devons instruit l’artiste de Guinée et de donner plus d’informations sur la façon de bien en étant un artiste et ce qu’il signifie d’emploi. Il n’y a pas beaucoup de ce que se passe à Conakry. Oui j’aime l’art et la culture en raison de portes étaient ouvertes par mon père de la Sano arts et de la culture Mohamed Kemo. Il m’a dit de prendre soin de ma famille de Guinée et les États-Unis où je suis né et élevé à partir. Guinée est un pays riche et ne comprends pas pourquoi ils ne supportent pas l’artiste. L’artiste arrive à un point où ils ne respectent pas y laisser de visa et de soutenir la famille là-bas pour ne jamais revenir. Alors moi comme un. Un américain tente de faire ce changement pour leur enseigner ce qu’ils valent ya beaucoup Les gens me disent quand j’étais là-bas, vous êtes de Guinée sur la base de mon cœur et que je ressens à propos de la culture dans la vie. Dans mon esprit, je pense que dans mon histoire familiale que je suis. J’aime mon esprit de qui je suis! Je suis papa de rêve Kemoko Sano de ce qu’elle devrait être!

    • MERCI DE VOTRE COMMENTAIRE. C’est indéniable et indispensable, la CULTURE, les hommes de culture et les artistes guinéens doivent être SOUTENUS sur tous les plans.
      KEMO SANO (R.I.P) reste l’un des maîtres d’artistes africains les plus talentueux de sa génération. Cet article est un HOMMAGE mérité qu’on lui rend Restez fidèles à http://www.afroguinée.com
      Big up ! Wontanara !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.