Home / AfroPeople / « THE BOSS », le savoir-faire guinéen : nous en parlons avec Ibrahima Touré

« THE BOSS », le savoir-faire guinéen : nous en parlons avec Ibrahima Touré

Série TV – Son premier jet est un coup de maître – et ça fait jaser, glapir et croasser. « THE BOSS » est une production cinématographique 100% made in Guinea. Qui l’aurait dit ? Qui aurait dit que le pays de Cheick Doukouré et de feu Cheick Fantamady Camara a déjà joué sa dernière carte sur la table du cinéma ?

L’agence Aganta vient de « gifler les détracteurs » et « clouer le bec des antagonistes » avec « THE BOSS », une série éclatante. Nous en parlons avec son Réalisateur Ibrahima Touré dans cette interview exclusive.

Par Sita CAMARA©, PARIS

« THE BOSS », quelle est l’idée qui se cache derrière ce titre accrocheur ? 

« Le titre en réalité est une façon d’ironiser sur le fait qu’en Guinée tout le monde s’appelle boss PDG etc. mais la série ne manque pas de parler des réalités qui se passent quand on entreprend en Guinée nos relations sociales entrepreneuriat culturel voir même politique quelquefois. »

Quels sont les moyens mobilisés et les expertises pour le succès de cette série ?

« Les moyens sont les plus africains, les plus guinéens que possible. Nous savons tous que n’avons pas assez de dispositifs pour accompagner ce type de projet, mais cela n’est pas un frein. En tout cas, l’équipe de production, les acteurs et toutes les personnes qui ont accompagné ce projet l’ont compris dès le départ, qu’il va falloir demander beaucoup de nous et très peu de l’extérieur. Quand je dis extérieur, que ce soit l’État, les structures privées… ou financements. On a compris qu’il va falloir d’abord se battre, prouver des choses et créer une émulation qui va nous permettre dans la suite de nous lancer et créer une réelle dynamique dans l’ensemble de nos productions futures. »

Comment s’est déroulé le casting avec les acteurs qu’on trouve très éclatants ?

« Mais d’abord avant de les appeler acteurs, moi je les appellerai des Guinéens patriotes – passionnés – animés d’une envie de faire rayonner leur pays comme ce qui se passe dans la région : au Sénégal, en Côte d’Ivoire etc. Bah ! Ils ont envie que le drapeau Guinéen flotte aussi au niveau de la sous-région et voir même partout dans le monde. Pour qu’on montre ce qui a aussi de bon dans notre pays : notre culture, notre façon de voir, que nous sommes aussi modernes, nous sommes ouverts au monde. Et c’est ce qui a motivé ces gens. Et même le casting en réalité, ça n’a pas été le casting, mais un choix sur des personnes motivées, engagées sur un projet et sur lesquels des fois, on n’a même pas besoin de compétence en tant qu’acteur, mais ils ont accepté de se former et de jouer le jeu et ça donné pour moi un film 100% guinéen avec beaucoup de patriotisme. »

Combien d’épisodes comporte « THE BOSS », et quel est son coût de réalisation ? 

« Nous sommes sur une saison pilote en réalité. Nous sommes en phase de pénétration de marchés. C’est-à-dire, de savoir ce que les gens aiment. Nous sommes sur 6 épisodes. En ce qui concerne en réalité des coûts de réalisation, je préfère ne pas en parler, moi je préfère dire qu’il y a des gens, des patriotes qui nous ont accompagné tant qu’ils pouvaient dans l’ombre comme dans la lumière. Ce qui veut dire que le coût de réalisation est plus du cœur – il est plus de la passion – il est moins chiffre. Et vous savez avec beaucoup de passion, on fait dès fois du miracle. »

Regardez l’épisode 01 ICI,  diffusé en exclusivité sur Espace TV

©Sitnanews

 

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Paul Pogba fêté en héros en Guinée !

Paul Pogba a passé deux jours en Guinée sur la terre de ses ancêtres. Tout …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.