Home / Culture / Aux Vieilles Charrues, le maloya endiablé des Réunionnais de Lindigo

Aux Vieilles Charrues, le maloya endiablé des Réunionnais de Lindigo


L’ambiance ne faiblit pas à Carhaix, en Bretagne, où se déroule le festival des Vieilles Charrues, malgré un temps très capricieux. Pour son troisième jour, le festival a accueilli 100 000 spectateurs, samedi 18 juillet. Et certains se sont épuisés sur du maloya. Héritée des esclaves africains et malgaches, cette musique a été interdite jusqu’en 1981 à la Réunion. Sur scène, ce sont les huit membres du groupe Lindigo qui ont harcelé le public avec leur maloya endiablé. Une musique synonyme de liberté.

La liberté, samedi soir, elle était partout lors du concert deLindigo ; dans les corps et les cris du public et chez les membres du groupe carrément descendus dans la foule pour leur chanson de rappel !

Lindigo

Musique d’espoir et de résistance, le maloyaa été interdit jusqu’en 1981 à la Réunion.

Il a fallu du temps pour que les esprits s’habituent à le jouer et à l’écouter librement, explique Olivier Araste, chanteur de Lindigo :

« Je suis né en 1983, donc je l’ai connu comme une interdiction, parce que ça ne passait pas à la radio, ça ne passait pas à la télé, on attendait le 20 décembre pour fêter le maloya. Le 20 décembre, c’est l’abolition de l’esclavage. »

Aujourd’hui, Lindigo offre son maloya partout dans le monde, des Etats-Unis à la République tchèque en passant par le Japon. Des concerts en forme d’hommage.

« Quand je chante mes premières chansons, c’est toujours dédié à mes ancêtres. Quand je monte sur scène, voilà, c’est pour vous ; merci pour ce beau cadeau, merci d’avoir tenu bon pour nous. »

En malgache, « maloya » signifie « dire ce qu’on a sur le cœur ». C’est pourquoi il existe des maloyas de toute sorte :  des tristes, des joyeux, et d’autres pour tout oublier et danser.

Samedi soir, c’était sans aucun doute un maloya à faire danser que Lindigo a offert à son public. Et en sortant, les spectateurs n’avaient plus qu’un mot à la bouche : « Maloya Power ! »

Source : RFI

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

La politique manipule la culture guinéenne pour ses intérêts !

C’est un constat amer ! Le contexte sanitaire particulier qui affecte le secteur culturel guinéen …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.