Home / Culture / Guinée : Le secteur culturel en souffrance !

Guinée : Le secteur culturel en souffrance !


La culture guinéenne reste l’une des plus belles de la sous-région ouest africaine! Par sa diversité, son authenticité et bien d’autres caractéristiques légendaires, elle a su dans le temps, se tailler une place de choix en Afrique. Ce rayonnement a été rendu possible grâce à la contribution de toutes les composantes sociales de la nation guinéenne qui donnaient de fortes énergies aux acteurs culturels et à la création artistique. Sans compter l’apport de l’Etat guinéen qui, avec sa politique culturelle populaire post indépendance, a su transformer le pays en terreau d’affirmation de l’identité culturelle panafricaine.

sorydemba-camara-bembeya-jazz

Pour illustration, les icônes comme feu Aboubacar Demba Camara, Sory Kandia Kouyaté, Momo Wandel pour ne citer que ceux-là et nombreux groupes emblématiques dont le Bembeya Jazz, les Ballets Africains, Kélétigui et ses Tambourinis, les Ballets Djoliba et bien d’autres, ont été de véritables sentinelles d’une culture qui a longtemps rayonné sur des grandes scènes africaines et de par le monde. Ce qui offrait à la Guinée, une large visibilité et d’opportunité avec de nombreux grands prix honorifiques.

Aujourd’hui, par manque d’actualisation et l’absence d’une politique culturelle adaptée, la Guinée ne retrouve plus sa place d’antan dans le concert des nations culturelles visibles. On a l’impression que tout s’est effondré. Depuis plus de deux décennie, les initiatives venant de l’Etat pour promouvoir la chose culturelle sont presque inexistantes. Par contre, les structures de promotion de spectacles pilulent partout à Conakry sans pour autant réussir a instaurer de grands tremplins visant à valoriser l’immense patrimoine culturel du pays.

Que faire pour renverser cette tendance? Une équation que les autorités actuelles du secteur tentent de résoudre. La Quinzaine Artistique Régionale, la Journée Porte Ouverte sur les Ensembles Artistiques, le lancement de la Saison Culturelle 2016-2017, le 15ème Festival des Arts et de la Culture (FENAC), sont autant d’exemples d’actions qui viennent de renaître de leurs cendre, des deux dernières années par le ministre Siaka Barry et son prédécesseur afin de changer la donne.

Sachant que le pays connait également un manque criard d’infrastructures culturelles. Des espaces de diffusion, de spectacles, de créations, de rencontres et d’échanges interactifs peinent toujours à se développer. Encore moins, des projets de restauration du patrimoine historique. Autant de vérités qui crèvent l’œil.

Selon nos sources, le ministère de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique disposerait d’un budget de 132 milliards de francs par an, pour un fonds d’investissement estimé à 800 millions de francs guinéens dont 12 milliards alloués au secteur de la culture et du patrimoine historique et 120 autres milliards attribués au secteur des sports. Les choses se corsent d’autant plus lorsqu’il s’agit pour le département de la culture de planifier des événements ou même d’accorder des subventions aux projets culturels de grandes envergures.

Sur la question, le Directeur National de la Culture, Jean Baptiste Williams, au cours d’une interview qu’il nous accordé récemment, n’est pas y aller au dos de la cuillère pour établir ce constat amer : « Nous devons savoir ce qu’on peut faire avec et sans moyens ou avec peu de moyens. Au delà de tout, il faut qu’il y ait une volonté des uns et des autres (…) Ensuite, quand l’Etat prend à bras le corps la culture, l’Etat devient à la fois, organisateur, producteur, sponsor, manager et diffuseur. Dans ce cas, il n y a pas de raison que la culture ne réussisse pas », a-t-il confié à notre rédaction. Autant dire, que le développement culturel devrait être une priorité au centre de l’action gouvernementale afin de mieux vendre la destination Guinée.

« Une nation sans culture, est une nation qui vit dans l’obscurité », lance enfin Jeane Macauley, l’une des pionnières des Ballets Africains de Guinée, fière d’appartenir à cette époque où la Guinée était symbole de renaissance culturelle africaine.

Une question taraude désormais les esprits. Celle de savoir par quel moyen, la Guinée va renaître de ses cendres glorieuses et pour une nouvelle fois, rayonner dans les concerts des grandes nations culturelles? Attendons de voir!

Fodé Sita Camara pour www.afroguinee.com

 

 

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Cinéma : C’est parti pour la 7ème édition du FECCIG !

La 7ème édition du Festival de la Création Cinématographique de Guinée, FECCIG a été officiellement …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.