Home / Musique / Guinée : Sory Kandia Kouyaté , la révolution en chantant

Guinée : Sory Kandia Kouyaté , la révolution en chantant


Un double album réunit les chansons qui ont fait la renommée du grand chanteur Sory Kandia Kouyaté.

Le temps passe, mais on est toujours pris aux tripes par la voix de Sory Kandia Kouyaté. Médaillé d’or au Festival international des folklores en Italie, en 1964, médaillé d’honneur du Festival panafricain d’Alger en 1969, Grand Prix de l’académie Charles-Cros en 1970… Le chanteur guinéen est sans aucun doute celui qui aura permis à la musique mandingue de toucher les coeurs, au-delà des cultures. Fils, petit-fils et arrière-petit-fils de djéli, Kouyaté a appris les arts du verbe et du ngoni, luth traditionnel.

Dernier show télévisé de Sory Kandia Kouyaté, peu avant sa mort en 1977.

Il a aussi appris tous les contes et légendes, tous les mythes fondateurs des royaumes du Mandé, de Soundiata Keïta l’empereur infirme, à Sadio, la fille à l’hippopotame. Son prestige, cependant, il l’a tiré de l’outil dont il se sert le mieux : sa voix. Claire, forte, parfaitement maîtrisée. Et aussi de sa capacité à moderniser les chants anciens. Son style a séduit de Bamako à New York, de Helsinki à Jakarta. Et à Conakry bien sûr, qui, en 1958, célèbre dans la liesse populaire l’indépendance « arrachée » à la France par Sékou Touré. Sory Kandia Kouyaté est-il conscient d’avoir été un instrument de propagande au service du régime de Touré ? Surnommé la Voix de la révolution à la fin des années 1950, le chanteur est de toutes les cérémonies, de tous les galas, à promouvoir le panafricanisme… et la clairvoyance du président guinéen. Ce dernier a vite compris à quel point le talent du jeune homme pouvait lui servir.

Dès 1960, il lui confie la direction de l’Ensemble instrumental et choral de la radiodiffusion nationale de Guinée, puis, quatre ans plus tard, le nomme directeur adjoint du Ballet national Djoliba. La trajectoire de Sory Kandia Kouyaté s’est brutalement interrompue le 25 décembre 1977. Il meurt foudroyé par ce qui semble être une crise cardiaque. À l’âge de 44 ans seulement. Le double CD La Voix de la révolution est l’occasion de retrouver toutes les chansons qui ont fait sa renommée. Et où tradition et modernisme se mêlent pour le plus grand plaisir de ceux qui l’écoutent.

Source : Jeune Afrique

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Rap français : 10 sorties qu’il ne fallait pas manquer cet été

Mac Tyer, Niro, Limsa d’Aulnay ou Wit : petit rattrapage pour ceux qui sont passés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.