Home / Actualités / Les nouvelles mesures de L’OGP agacent les opérateurs culturels guinéens

Les nouvelles mesures de L’OGP agacent les opérateurs culturels guinéens

Les réformes pour la réglementation de la publicité en République de Guinée, perturbent le sommeil des acteurs culturels guinéens.

En effet, un arrêté conjoint du ministère de l’Information et de la Communication et de celui de l’Économie, des Finances et du Plan ; fait les choux gras de la presse depuis le 12 avril dernier.

Cet arrêté ministériel de 10 pages, fait savoir explicitement que les entreprises culturelles doivent davantage mettre la main dans la poche car désormais ; les taxes sur la communication, ont été carrément revues à la hausse. Au grand dam des opérateurs culturels du pays qui tirent déjà le diable par la queue avec l’effet sans précèdent de la crise sanitaire .

Tenez ! Pour une entreprise qui déboursait 25.000 Gnf la semaine pour l’affichage d’une banderole, va dorénavant payer 20.000 Gnf par jour.

Cette nouvelle mesure et plusieurs autres, en lien avec les tarifs appliqués aux prestations et supports publicitaires ; ne font pas l’unanimité chez les entreprises culturelles qui se disent être durement touchées par la Covid-19 et confrontées à une absence accrue de sponsoring.

Pour parler de cette situation alarmante, nous avons joint au téléphone, plusieurs acteurs culturels guinéens.

Réactions croisées et mécontentement !

« Nous sommes farouchement opposés à ces mesures. Bien sûr, il faut réguler le secteur de la publicité en Guinée, mais, il faut tenir compte aussi des réalités des différents usages auxquelles ces mesures sont orientées. Nous pointons du doigt notre département de tutelle qui en principe ne devait en aucun cas voir et laisser passer un tel texte… Aucun organisateur de spectacles vivant ne peut supporter ces mesures. C’est alarmant car dans d’autres pays, l’Etat a pris des dispositions pour financer la culture, chez nous on veut se servir des miettes recettes de la culture», accuse Lancine Koné de l’Association Cultures Ensemble.

Pour le président de la FECEG, l’heure est à la réflexion pour voir quelle réponse apporter à cette nouvelle mesure des autorités du pays.

« Nous sommes en train d’étudier cette mesure… Mais laissez-moi vous dire que ça va être très compliqué pour les acteurs culturels d’exister. Déjà nous sommes très affaiblis par les épidémies et les crises socio-politiques. Plusieurs d’entre nous ont carrément arrêté leurs activités et alors si sans aucune subvention, sans aucune aide quelconque de l’Etat avec un pays où le sponsoring est quasi inexistant, je me demande comment nous allons faire avec cette nouvelle tarification », s’interroge Ibrahim C, président de la Fédération des Entreprises Culturelles et Economiques de Guinée (FECEG).

« C’est avec une grande surprise que j’ai appris cette nouvelle mesure de l’Etat. Il est vrai qu’il faut réguler le secteur de la publicité. Mais cette décision va venir freiner nos activités parce que nous avons déjà beaucoup de difficultés pour mobiliser les ressources. Donc il sera difficile de suivre ce nouveau tarif, mais si nous y sommes obligés », estime Moussa Djan KABA organisateur d’évènement culturel et de divertissement.

Notons qu’avec ces mesures drastiques, la liste de ceux qui ont déjà mis la clé sous le paillasson, risque de se rallonger. La paupérisation des acteurs culturels guinéens est une dure réalité qui se voit au quotidien à Conakry.

Il faut souligner que, l’Etat guinéen est quasi inexistant en terme d’accompagnement et de création d’infrastructures culturelles prioritaires pour soutenir et développer le secteur culturel du pays.

Tout porte à croire qu’avec ces nouvelles mesures, l’OGP semble enfoncer davantage le couteau dans la plaie.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Mohamed KOMAH

AFROGUINEE

 

 

A propos Mohamed KOMAH

Vérifier aussi

Découvrez le clip  »Souka » de Kandia Kora !

La star Kandia Kora a livré un nouveau single intitulé  » Souka «  pour marquer encore …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.