Home / Actualités / Pour ses quinze ans, Solidays veut relancer la mobilisation contre le sida

Pour ses quinze ans, Solidays veut relancer la mobilisation contre le sida


Quatre-vingts concerts, deux cents artistes mobilisés contre le sida pendant trois jours. Le festival s’ouvre ce vendredi 28 juin au soir à l’hippodrome de Longchamp, à Paris. Malgré la crise, ce rendez-vous musical et militant attire les foules. Cet événement doit permettre de rappeler les risques sanitaires liés au sida tout en éduquant de manière positive le public présent sur place.

Solidays affichera sans doute complet pour la première fois depuis quinze ans. Electro, rock, rap … le programme est exceptionnel : Bloc Party, M, Saez, Asian Dub Foundation, Asaf Avidan, le DJ David Guetta, pour ne citer qu’eux.

En quinze ans, Solidays, qui avait failli disparaître en 2007 après une baisse d’un tiers des ventes de billets, est devenu le deuxième festival de France par sa fréquentation : 165 000 spectateurs l’an dernier. Des ressources indispensables à l’association Solidarité sida, qui l’organise, et qui redistribue ensuite les fonds à des programmes de lutte contre la maladie, en France et dans le monde, souvent en Afrique. De nombreux responsables d’associations se retrouvent d’ailleurs à Paris au moment du festival pour échanger sur leurs expériences.

« Pour gagner de l’argent, il faut déjà commencer par en dépenser le moins possible », précise Hylda Gbenou, la programmatrice du Festival. Les artistes font donc un effort sur leur cachet. Et cet engagement continue sur scène. « Les chanteurs viennent nous voir pour savoir quel message ils pourraient faire passer au public », poursuit Hylda Gbenou, qui se souvient que, l’année dernière, le groupe Shakaponk avait lancé, en slammant, des préservatifs dans le public !

Relancer la mobilisation

Car l’objectif, au-delà de la musique, c’est bien de sonner – à nouveau – la mobilisation contre la maladie. Grâce aux trithérapies, le sida est devenu une maladie chronique, les messages de prévention se sont assagis, mais il ne faut pas relâcher la vigilance, selon Kaddour Haddadi, d’HK et les Saltimbanks, qui sera sur scène dimanche  : « Il y a d’autres sujets de préoccupation, au niveau social… On se dit qu’on meurt moins du sida. Ca met d’autant plus en avant l’importance d’un tel rendez-vous. Attention, il ne faut pas s’endormir », conclut celui qui veut « réveiller l’utopie ».

Loin des querelles d’égo qui ont miné le milieu ces derniers mois, un rappeur s’engage aussi pour Solidays : Kery James. « Quand j’ai découvert le rap, les premiers morceaux qui m’ont touché étaient des morceaux engagés. J’ai toujours cru que cette musique était faite pour prendre position, défendre des idées, des causes », témoigne le chanteur qui est à l’affiche samedi.

 

L’exposition «Sex in the city» est devenue le rendez-vous à ne pas manquer pour mêler plaisir et sensibilisation.

Ben Viallatte

 

« Des médicaments pour tous »

Pour défendre cette cause, trois mille bénévoles de Solidarité sida sont mobilisés tout au long de l’année. En marge des concerts, on les retrouve au Village solidarité qui accueille des militants du monde entier. C’est aussi à eux que l’on doit l’exposition « Sex in the city », qui montre très explicitement – sex toys à l’appui – comment allier plaisir et réduction des risques. « Ca fait un carton, il y a en général une heure d’attente pour accéder à cette exposition », se réjouit Hylda Gbenou. Autre temps fort : « le patchwork des noms ». Pendant une heure, samedi, le festival s’arrêtera pour écouter s’égrener une liste de noms des malades morts du sida.

Cette année, Solidays s’accompagne aussi d’une campagne sur l’accès aux traitements. Baptisée « Des médicaments pour tous », elle est destinée à rappeler la France à ses engagements envers le Fonds mondial de lutte contre le sida. « Une décision doit être prise en septembre, rappelle Hylda Gbenou, de Solidarité sida. Il ne faut pas baisser les bras, malgré la crise. On souhaite que la France maintienne ses financements à la même hauteur, voire les augmente ».

Les organisateurs appellent d’ailleurs François Hollande, le président français, à venir à Solidays pour marquer son engagement. Le festival, lui, respecte les siens : en quinze ans, il a permis de récolter dix-sept millions d’euros reversés à une centaine d’associations de lutte contre le sida.

rfi.fr

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Kandia Kora a reçu un disque de platine avec MHD

Le virtuose de la kora et artiste complet, Kandia Kora a reçu un disque de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.