Home / AfroPeople / Pourquoi Donald Trump a-t-il gracié les rappeurs Lil Wayne et Kodak Black ?

Pourquoi Donald Trump a-t-il gracié les rappeurs Lil Wayne et Kodak Black ?

Le président sortant a sans doute étonné en offrant son pardon à deux artistes et délinquants récidivistes qui pourraient paraître loin de sa base électorale.

Le président sortant, Donald Trump, n’a jamais été un grand ami des artistes. Il restera dans l’histoire de son pays comme le président ayant le moins célébré les chanteurs, acteurs ou auteurs de son pays. Et il faut dire que ces derniers le lui rendaient bien… Malgré tout, Donald Trump n’a pas oublié les quelques artistes qui ont soutenu sa présidence, alors qu’il utilisait, pour quelques instants encore, son pouvoir présidentiel. Avant de quitter la Maison Blanche, Donald Trump a respecté une tradition, celle de la grâce. Il a gracié en tout 73 personnes, dont son ancien conseiller Steve Bannon, et a commué les peines de 70 autres. Donald Trump n’est pas allé jusqu’à se gracier lui-même ou des membres de sa famille.

Parmi cette listes des graciés, deux noms en particulier ont attiré l’attention des médias américains : Lil Wayne et Kodak Black. On aura pu croire le monde du rap et du hip-hop très éloigné des passions du président américain, mais manifestement il n’oublie pas de récompenser certaines loyautés.

Lil Wayne avait plaidé coupable le mois dernier de possession d’une arme à feu, délit pour lequel il risquait jusqu’à dix ans de prison. C’est le PDG du fabricant de spiritueux Sovereign Brands, Brett Berish, qui a demandé la grâce en décrivant le rappeur comme un homme de confiance, généreux et au bon cœur ». Plus qu’un choix moral, Donald Trump a surtout récompensé l’un des rares rappeurs afro-américains qui a osé lui apporter son soutien dans les derniers jours de sa campagne pour la réélection. Il faut dire que Joe Biden et les démocrates disposaient dans les sondages et les intentions de vote d’une avance considérables sur le républicain dans la jeunesse et la communauté noire-américaine.

Le rappeur aux nombreux disques de platine, récompensé 5 fois aux Grammy Awards, avait discuté en tête à tête avec le candidat Trump pour son grand « plan de platine » pour convaincre les électeurs noirs. Trump n’aura sans doute pas gagné beaucoup de voix mais Lil Wayne aura gagné un pardon présidentiel.

Kodak Black, connu pour son tube Tunnel Vision, a été arrêté plusieurs fois pour possession d’armes, de stupéfiants et agressions sexuelles. Il avait été dernièrement condamné à 3 ans de prison pour avoir tenté d’obtenir des armes en utilisant de faux documents. La rappeur qui a déjà purgé la moitié de sa peine s’était fait remarquer par ses dons pour des associations. Un retour sur le bon chemin qui a, semble-t-il, convaincu le président des Etats-Unis.

Una ancienne tradition

Donald Trump, qui s’est envolé pour la Floride, a déjà utilisé ce pouvoir présidentiel ces derniers mois et exonéré des collaborateurs et des proches. Il avait ainsi gracié plusieurs personnes ayant plaidé coupables ou été condamnées dans l’enquête sur une possible collusion entre la Russie et son équipe de campagne en 2016, comme Michael Flynn, Paul Manafort, Roger Stone, George Papadopoulos ou Alex Van Der Zwaan.Il avait également accordé sa clémence au père de son gendre et conseiller Jared Kushner, Charles Kushner qui avait été condamné en 2004 à deux ans de prison pour malversations fiscales, ou à quatre ex-agents de l’ancienne société de sécurité privée Blackwater reconnus coupables du meurtre de 14 civils irakiens en 2007 à Bagdad.

En fin de mandat, Barack Obama a commué la peine de l’ex-soldat Chelsea Manning, ex-informatrice de WikiLeaks condamnée en 2013 à 35 ans de prison en cour martiale. Bill Clinton a gracié en 2001 juste avant de quitter la Maison Blanche son demi-frère Roger Clinton, condamné pour possession de cocaïne, et le milliardaire Marc Rich (1924-2013) important donateur du parti démocrate, condamné pour évasion fiscale et alors en fuite. George H. W. Bush a gracié en décembre 1992 l’ancien secrétaire à la Défense Caspar Weinberger, l’ex-conseiller à la sécurité nationale Robert McFarlane et quatre autres responsables américains impliqués dans le scandale de l' »Irangate », la vente secrète d’armes américaines à l’Iran, pour financer les Contras nicaraguayens.

RTL

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Mort de Tonton David : ses enfants lancent une cagnotte pour ses funérailles

Quelques heures après l’annonce de la mort de Tonton David, ses enfants prennent la parole …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.