Home / Actualités / BÉBÉ BAYA : une carrière à vive allure !

BÉBÉ BAYA : une carrière à vive allure !

Laouratou BARRY "Bébé Baya", jeune chanteuse guinéenne, finaliste Prix Découvertes RFI 2019

L’on se demandait il y’a quelques années, si Laouratou BARRY « Bébé Baya » pouvait bénéficier du même succès que sa défunte mère, Aisha Baya, qui fut une étincelle de la pop musique guinéenne. Heureusement, la jeune chanteuse très humble et discrète, n’a pas eu de difficultés pour se révéler au milieu du mat sous les étoiles. Ses premières chansons offertes au grand public ont aussitôt connu un succès retentissant comme « Tombolola » , un véritable déclic qui lui balisa le chemin de la reconnaissance artistique.

La jeune artiste âgée d’une vingtaine d’années à ses débuts donc, a eu une forte chance de briller même au milieu de tant de moisissures et de brouillards. Puisqu’elle a hérité du tempo glorieux et de l’étiquette artistique de sa maman, Aisha Baya, qui reste à jamais une véritable « star » de la scène guinéenne ayant marqué son époque par ses tubes. Elle peut donc bien se reposer en paix dans sa dernière demeure, car, le talent de sa fille propulse et vient de se faire repérer à l’international. La jeune chanteuse est nominée parmi les 10 finalistes du Prix Découvertes Rfi 2019.  Un prix honorifique qui pourrait développer sa carrière artistique avec une autre dimension.

Les mélomanes guinéens se mobilisent  pour voter et booster Bébé Baya au sommet. Un pari déjà gagné par la jeune artiste fièrement adulée par son public.

Parcours express

Les débuts de Bébé Baya dans la musique commencent lorsqu’elle se met à imiter et fredonner les chansons de sa tendre mère, « la Madonne du Sankara ». Elle développe dès lors une passion pour la musique.

Mais c’est dans des circonstances tragiques que sa carrière démarre réellement. Suite au décès de sa mère, Bébé Baya encore très jeune à l’époque, sous le chagrin et inconsolable se lance totalement dans la musique et en fait une vie.

Ses oncles maternels l’encouragent à poursuivre les traces de sa mère et financent entièrement son premier album baptisé « Tombolola » sorti en 2011. « Kha Fourou », son deuxième disque sort en 2014 et connaitra aussi un succès phénoménal dans la sphère musicale guinéenne et celle de sa diaspora.

Par la suite, Bébé Baya marquera une pause pour se consacrer à ses études comme elle se l’est promise pour honorer sa mère. Elle délaisse les planchers pour se plonger entièrement dans ses cours. En 2017, elle décrocha une Licence en Banque et Assurances. Plus mature qu’à ses débuts, la chanteuse intellectuelle peaufine une nouvelle direction artistique, se découvre et s’ouvre à d’autres univers.

Aujourd’hui, la musique de Bébé Baya est un travail de mixité générationnelle. Une grande voix forgée dans la pure tradition des cantatrices mandingue et des sonorités pop urbaines définissent sa musique que l’on qualifierait de « pop manding ». Une nouvelle orientation artistique, qui sans trahir son héritage, colle à la jeunesse de son âme et à l’intensité de sa voix mandingue.

Plan de carrière 

 Tout semble bien établi et millimétré pour faire bénéficier Bébé Baya d’un développement de carrière à la taille de son talent irréprochable. Selon sa maison d’encadrement TERA MUSIC jointe par la Rédaction d’Afroguinée© a fait entendre qu’« en moins de deux ans, la chanteuse est revenue au devant de la scène de façon spectaculaire après 5 ans d’absence et occupe une place de choix dans le paysage de la musique mandingue ».

L’objectif à moyen terme, est de faire en sorte que Bébé Baya atteigne un public ouest africain capable de la consommer. Sa participation au Prix Découvertes RFI cette année, est un signal fort qui imprime, une évolution parfaite dans de sa carrière.

TERA MUSIC très engagée à propulser à outrance la carrière de la jeune artiste, vise également à long terme, l’international et faire d’elle la prochaine relève des musiques d’inspiration mandingue.

À coup de scoop, Bébé Baya sortira très bientôt son troisième album composé de 15 titres inédits et deux titres en bonus tracks. Ses deux derniers singles à titre d’alerte dont « Diarabi » ont été vivement accueillis par les mélomanes guinéens. Artiste à suivre de plus près !

F. Syta CAMARA

www.afroguinee.com

A propos F. Syta Camara

Rédacteur en chef à ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

[Musique] : quel avenir pour Tam’s Kartel, le « Toutoulapato » ?

Tam’s Kartel annonçait publiquement il y’a deux ans, la sortie de son tout premier album …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *