Home / AfroPeople / DIAM’S se confie : « l’argent, le succès ne m’ont pas rendue heureuse »

DIAM’S se confie : « l’argent, le succès ne m’ont pas rendue heureuse »

DIAM'S

Diam’s a été la première figure féminine du rap à s’imposer dans le paysage musical français. Entre « DJ »« La boulette », « Jeune demoiselle » ou « Confessions nocturnes » avec Vitaa, on ne compte plus les tubes amassés par l’artiste entre 2003 et 2009, année où Mélanie Georgiades fait un burn-out et décide de faire voler en éclats sa carrière, après avoir connu la gloire, les paillettes, les cérémonies de récompenses et l’amour du public.

En proie à un profond mal-être, l’interprète de « Peter Pan » tire un trait définitif sur son ancienne vie. Un passé qu’elle regarde sans nostalgie, 11 ans plus tard. « Je ne dirais jamais que ce n’est pas moi. Non, c’était moi. Mais maintenant, je suis comme ça » affirme-t-elle dans un entretien rare réalisé en Arabie Saoudite, où elle vit avec son mari et ses deux enfants, pour Arab New.

Convertie à l’islam, où elle a trouvé une nouvelle source d’inspiration, Mélanie Georgiades se montre en paix avec elle-même, vêtue d’un hijab, pour mieux raconter son histoire. Elle se souvient de la tempête médiatique déclenchée à l’époque par la révélation de son choix de vie : « Ça a été un gros choc pour les Français. Ils me connaissaient comme la chanteuse que j’étais et puis, un jour, j’apparais avec un voile. Vous savez, les paparazzi m’ont prise en photo devant une mosquée. Les gens se sont demandé comment c’était possible. Le voile, c’est impossible pour eux, vous savez ».

« J’étais vraiment très triste et j’étais seule »

Alors que ces clichés volés s’étalaient en Une de la presse people, Diam’s avait fait le choix de se murer dans le silence et de ne pas s’exprimer dans les médias. « Parce que je ne savais pas quoi dire. C’est très difficile à expliquer, la foi » affirme-t-elle avec le recul. Devenir musulmane a été sa bouée de sauvetage, alors qu’elle songeait au pire : « Un jour, j’ai réalisé que tout ça, l’argent, le succès, le pouvoir ne m’ont pas rendue heureuse. Je cherchais le bonheur. J’étais vraiment très triste et j’étais seule. Je me demandais pourquoi j’étais sur cette terre. Je savais que ce n’était pas pour être riche ou célèbre parce que j’avais ces choses et qu’elles ne me rendaient pas heureuse. Alors j’ai commencé à chercher des réponses à mes questions ».

Des propos qui font écho à ce qu’elle affirmait en hiver dernier à propos des dangers du star-system. « Je pense qu’à partir du moment où on se laisse happer par un travail envahissant, une passion dévorante, une addiction, on peut alors devenir prisonnier d’un tourbillon qui ne nous permet plus de nous retrouver un seul instant avec nous-même, et de ce fait, nous prive de toute paix intérieure » analysait celle qui a notamment utilisé son expérience pour aider Bigflo et Oli à surmonter les passages à vide que traversent tout artiste.

Mère de famille comblée, Diam’s consacre aujourd’hui son existence à l’écriture et au bien d’autrui, elle qui a fondé l’association Big Up Project pour venir en aide aux orphelins et enfants défavorisés en Afrique. Sa religion, dit-elle, l’aide à maintenir un équilibre essentiel. « Aujourd’hui, dans tout ce qui se passe dans ma vie, le bon comme le mauvais, je sais qu’Allah m’écoute et répond à mes interrogations, même si je dois attendre. Allah est là pour les gens patients » conclut l’ancienne star du hit-parade, désormais sereine.

A LIRE AUSSI : SUR CHARTSINFRANCE

www.afroguinee.com

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Davido se sépare de Lil Frosh, le « Sidiki Diabaté » du Nigeria

Après le Malien Sidiki Diabaté, un autre jeune artiste serait impliqué dans une violence sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.