Home / Actualités / Formation : 40 ENTREPRENEURS CULTURELS outillés par le FODAC.

Formation : 40 ENTREPRENEURS CULTURELS outillés par le FODAC.

Ils sont au total quarante jeunes entrepreneurs culturels à suivre cette formation sur les techniques de montage d’un dossier de financement initié par le Fond de développement des arts et de la culture (Fodac) et financé par l’agence belge de développement ENABEL.

Deux mois après, ces jeunes entrepreneurs répartis en deux sessions ayant abordés les thématiques ( Gestion d’entreprise, technique d’élaboration de modèle économique viable, planification d’un plan d’affaire, montage de dossiers de financement, mobilisation des ressources, gestion financière ) ont été certifiés dans la matinée de ce mercredi 15 novembre à l’occasion de la cérémonie de clôture organisée à cet effet dans un réceptif hôtelier de la place et qui a réuni plusieurs cadres du département de la Culture, du Tourisme et de l’Artisanat, de l’ONPA……

Malick Kébé, Directeur Général du FODAC revient sur le motif de cette initiative « L’idée qui a animé le fodac à initier cette aux opérateurs culturels de pouvoir monter les dossiers de financement et aller rechercher des moyens pour l’accompagnement du secteur de la Culture. Sans structuration, il est quasiment impossible de pouvoir avoir des moyens au niveau des bailleurs et même au niveau du fodac. Donc on s’est dit avant même de parler de financement il faut penser à la formation, de renforcement de leurs capacités afin qu’ils puissent monter des dossiers qui pourront être accepté au niveau des bailleurs et même le fodac pour le développement du secteur de la culture » explique-t-il

Plus loin, il invite les jeunes à la mise en pratique de cette formation reçue « Ils doivent mettre à l’œuvre ce qu’ils ont appris pendant ces deux mois. Aujourd’hui ils ont reçu toutes les techniques pour monter un dossier, rechercher le financement, aussi gérer bien leurs entreprises » 

Mohamed Kaba représentant de l’agence Belge de Développement ENABEL et responsable de projet Guinée Créative dit être honoré de diriger cette session de formation avant de rappeler les axes d’intervention du projet Guinée Créative qui devient un appui essentiel de l’émergence des industries culturelles et créatives en Guinée.

« C’est un honneur pour ENABEL plus spécifique le projet Guinée Créative d’avoir aujourd’hui le point d’achèvement de cette initiative qu’on a entamé main dans la main avec la direction du Fond de Développement des Arts et de la Culture. Le projet Guinée Créative est un projet qui a pour objectif d’appuyer l’émergence des industries culturelles et créatives en Guinée à travers essentiellement la mode, le design et l’audiovisuel. Qui parle de faciliter l’émergence et la structuration des entreprises culturelles et créatives met l’accent sur la problématique du financement. Donc c’est justement par rapport à cette problématique, adressée de manière structurée et structurante que nous avons pensé avec le fodac avec l’appui du ministère de la culture pour pouvoir accompagner ce segment important de notre économie et permettre à ces acteurs culturels qui ont suivi cette formation en deux sessions pendant deux mois de pouvoir capter et bénéficié les opportunités de financement que ça soit avec le fodac qui est un instrument public de financement des acteurs culturelles mais aussi de bénéficier des opportunités de financement dans la sous-région et dans la Culture. Vous savez, la coopération culturelle permet aujourd’hui de faciliter tout ce qui est opportunités de financement mais il faut être outillé, avoir les informations et ressources qu’il faut. Justement c’est ce qui motivé cette formation « dit-il

Pour sa part, François Bourouno, Secrétaire Général du Ministère de la Culture du Tourisme et de l’Artisanat a évoqué le caractère bénéfique de cette formation, avant d’exhorter les participants à en faire bon usage.

« Cette formation que nous clôturons aujourd’hui est très importante et nous sommes très ravi de voir la satisfaction qui est très lisible sur les visages de ces participants, parce que si elle n’était pas bien on aurait senti dans la salle. Cette formation si vous l’appliquer vous allez drainer des milliards demain. Parce que vous avez désormais des capacités de concevoir des projets, d’analyser votre marché, de tirer un business plan qui va vous permettre de savoir ceux dans quoi je pars. Est ce qu’il y a une rentabilité ou pas? et s’il y’en a comment je vais structurer l’action à mettre en œuvre pour que mon projet soit un projet rentable. Vous avez désormais de l’information et une orientation claire et précise de savoir comment démarcher pour trouver de financement et où il faut aller trouver de financement, l’avantage du secteur culturel, ce qu’il y a beaucoup de financement existant, il y a assez de guichet auprès desquels on peut partir trouver de financement. Au-delà de ça les acteurs culturels ont beaucoup de mécanismes de financement, il y’a des fonds au niveau de la sous-région auquel les entrepreneurs culturels guinéens sont éligibles, il y’a au niveau international l’union européenne a beaucoup de fonds, la France, les États-Unis »

mamashow

A propos Mamadama Camara

Journaliste Reporter, passionnée de culture en interaction avec l'environnement. Activiste, agis vert pour la planète et contre le réchauffement climatique.

Vérifier aussi

OFFICIEL: FOUDIS DIALLO ET QUEEN RIMA invitées à AFRICA MUSIC CONNECT en France.

AFRICA MUSIC CONNECT est un événement qui met en avant des jeunes talents africains, en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.