Home / Actualités / Interview : En 10 questions, Master G nous raconte son vécu.

Interview : En 10 questions, Master G nous raconte son vécu.

Masta G

De la Saga Hip-Hop au plateau du JTR en passant par les scènes rap d’ici et d’ailleurs, Master G  s’est tracé un chemin hors de commun. Toujours fidèle à sa ligne de conduite, le rappeur,  »Toma G Braqueur », continue de laisser son empreinte dans les annales du rap guinéen.

Loin de toute démagogie, l’auteur du célèbre titre « Je Ne Suis Pas Né Dans Un Château «  s’offre le loisir de peindre la vie socio-politique sombre et amusante de son pays.

Joint par téléphone (WhatsApp), le célèbre présentateur du Journal Rappé sur les ondes de la télévision Espace a accepté de répondre à nos questions.  Lisez plutôt…!

AFROGUINEE : Salut Masta G, comment ça va ?

Masta G : Bien tranquille, ça baigne !

Des ghettos de La Saga Hip-Hop au plateau du JTR , peut-on dire que la légende continue ?

Vous avez déjà répondu à cette question, vous le dites de la Saga au JTR la magie continue. Bien mieux qu’une légende, elle est utilitaire.

Master G s’apprête pour un album qui fait déjà grand bruit sur les ondes des médias. Parlez-nous de ce projet et à quoi les fans peuvent  s’attendre ?

‘Immortel » est le projet d’album que m’a offert le PDG de HADAFO médias Mr Lamine Guirrasy et tout comme celui de mon alter égo Climpoko pour une reconnaissance et un encouragement avec tout ce qu’on abat chaque semaine à la télé Espace. Nous l’avons entamé il y a plus d’une année et bientôt il verra le jour.*

Tu avais chanté  »Élections Baataa Aali » pour dénoncer les excès du régime Conté à l’époque et le même titre reste d’actualité sur l’ère Alpha Condé. Cette fois-ci, qu’est-ce que tu racontes dans ce titre ?

Ce n’est pas un hasard, je suis dans un registre de rap engagé mais aussi je réserve des titres commerciaux dans  »Immortel ».

Les artistes engagés se font de plus en plus rare dans le milieu. Pourquoi cette constance depuis toujours ?

Je ne suis pas un clown de cirque jouant le rôle de l’engagement rappologique. Mon père en tant que magistrat m’a légué des valeurs et je suis un être sensible à la condition humaine et dans la vie de quartier, j’aime faire le justicier autour de moi. Cette constance est une grande richesse lumineuse qui m’éclaire dans ma vie de tous les jours.

La Guinée a connu une crise post-électorale avec des morts d’hommes sur l’Axe, sous le silence coupable de nombreux artistes et leaders d’opinion du pays. Quel est votre message ?

Je ne calcule personne car avant eux, j’étais là et après eux, je serai encore là. Je pense que le peuple ne doit compter que sur lui-même et même si nous sommes tous membres de cette société, les responsabilités doivent être individuelles avant d’être collectives. Tout comme le bonheur, la paix et l’abondance.

Il semble de nos jours, difficile d’être un artiste engagé. Le showbiz prend le dessus, tout est question d’argent et de profit. Master G peut-il changer de veste pour renflouer son compte en banque ?

Vous n’allez pas me dire ce que je dois faire pour être heureux. La richesse est un état d’esprit et un comportement. Les devises se dévaluent et les actions chutent en bourse lol. Je sais exactement le montant dont j’ai besoin et je suis toujours au bon moment et au bon endroit. Call me lucky boy !

Parlons du JTR. Dites-nous brièvement comment se passe ta préparation pour l’émission, un temps d’antenne ? 

Le JTR a eu son format guinéen grâce à la confiance que le directeur de la télé Espace a porté à mon équipe ainsi que le PDG du groupe. On ne va pas dévoiler les secrets dits professionnels. Je crois qu’il faut plus d’amour pour faire le taff.

Quelle sont les nouvelles de tes vieux compagnons :  Issiaga de la Saga et Majesty ?

À ce que je sache, ils vont très bien. Issiaga vaque à l’éducation dans une école comme enseignant et Majesty est avec sa petite famille en Allemagne. La vie est belle.

Quelles sont tes rapports avec les rappeurs tels que : Djanii Alpha, Phadouba, Albert Keckson?

Ce sont des rapports de fraternité et de respect mutuel et c’est mieux de jours en jours.

Un message pour la nouvelle génération qui a choisi d’emprunter votre chemin, la musique Rap ?

La nouvelle génération est très chanceuse avec la 4G et la musique qui se numérise chaque matin. C’est plus facile pour eux de produire mais il faudrait qu’elle consulte la Old School. Aimer et défendre son art car leurs propres respect en dépendrait.

Un dernier mot pour clôture cet entretien…

Longue vie à votre média et c’était un plaisir pour ma petite personne de répondre à vos questions.

Merci infiniment !

Propos recueillis par Idy BAH

AFROGUINEE

 

 

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

Mousto Cammara :  » L’essentiel », le clip disponible !

Pendant que la sortie de son nouvel album est très attendue le 05 décembre prochain, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.