Home / Diaspora / Les créateurs de la plate-forme Africrypt disparaissent avec 3,6 milliards de dollars en bitcoins

Les créateurs de la plate-forme Africrypt disparaissent avec 3,6 milliards de dollars en bitcoins

(FILES) This file photo taken on November 20, 2017 shows gold plated souvenir Bitcoin coins arranged for a photograph in London. - Bitcoin plunged below 39,000 USD for the first time in more than three months on May 19, 2021 after China said cryptocurrencies would not be allowed in transactions and warned investors against speculative trading in them, despite the country powering most of the world's mining. (Photo by Justin TALLIS / AFP)

La plate-forme, créée par deux jeunes frères sud-africains, ne fonctionnait plus depuis le mois d’avril. Il pourrait s’agir de la plus grosse fraude de l’histoire en matière de cryptomonnaie.

Les frères Ameer et Raees Cajee sont introuvables. Les deux Sud-Africains avaient lancé en 2019 leur plate-forme d’investissement dans les cryptomonnaies, Africrypt. Disparus avec eux : 69 000 bitcoins, d’une valeur au moment de leur disparition de 3,6 milliards de dollars, rapportait mercredi 23 juin l’agence de presse Bloomberg.

En avril, Ameer Cajee avait informé ses clients que la société avaient soi-disant été victime d’un piratage, tout en leur demandant de ne pas en informer les autorités, de façon « à ne pas entraver le processus de recouvrement des fonds perdus ».

Selon Hanekom Attorneys, un cabinet d’avocats contacté malgré tout par des investisseurs inquiets, les employés d’Africrypt avaient déjà perdu le contrôle de la plate-forme depuis une semaine quand les clients ont été avertis, tandis que les fonds étaient retirés de leurs comptes pour être transférés vers des services les rendant intraçables.

Constatant que les frères Cajee étaient injoignables, Hanekom Attorneys a alors informé la police sud-africaine de ce qui pourrait être, selon Bloomberg, la plus grosse fraude à la cryptomonnaie de l’histoire.

Une fraude comparable s’était déjà produite l’année passée en Afrique du Sud même si elle ne concernait à l’époque « que » 23 000 bitcoins. Bloomberg rappelle cependant que l’autorité des finances du pays ne peut en l’état actuel pas lancer d’enquête contre les entreprises comme Africrypt, les actifs en cryptomonnaie n’étant par considérés comme des produits financiers en Afrique du Sud.

Le Monde

A propos Aboubacar

Journaliste et animateur radio. Directeur de Publication de ©Afroguinée Magazine, premier portail culturel et événementiel de Guinée-Conakry.

Vérifier aussi

L’AFRO, tentative africaine de révolutionner les cryptomonnaies

Il existe plus de 7 000 cryptomonnaies dans le monde et seulement quelques dizaines en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.